Centres, maisons et pôles de santé : quelles différences ?

, par  Vanessa Pageot-Françoise

Ils regroupent des médecins et des professions paramédicales et médico-sociales autour d’un projet commun : les centres, mai-sons et pôles de santé souhaitent rendre les soins accessibles au plus grand nombre et optimiser la prise en charge du patient. C’est ce que l’on appelle les soins de premier recours. Focus sur ces structures et sur ce qui les distingue les unes des autres.

Trois professionnels pour un seul déplacement, c’est l’avantage des centres de santé, qui rassemblent sur un même lieu médecin généraliste, spécialiste et infirmier, par exemple. Les centres municipaux, pionniers en la matière, ont repris le flambeau des dispensaires créés durant l’entre-deux-guerres. Majoritairement implantés dans les zones urbaines défa-vorisées, ils jouent la carte de la proximité et pratiquent quasi systémati-quement le tiers payant.
C’est sur ce modèle que se sont bâtis les centres de santé associatifs gérés par la Mutualité française ou par la Sécurité sociale. Plus récents (une vingtaine d’années en moyenne), ils défendent tout autant l’égalité de l’accès aux soins en veillant au conventionnement des médecins, y compris pour les spécialistes, comme les gynécologues, les cardiologues ou les ophtalmologues. Un atout de taille, quand un Français sur trois re-nonce à se faire soigner face à l’augmentation du reste à charge. La coopération entre professionnels de santé est omniprésente, permettant un suivi global du patient, avec la mise en place de projets d’éducation thérapeutique pour ceux qui souffrent d’une maladie chronique (diabète, insuffisance cardiaque ou rénale). Les centres mutualistes s’impliquent également dans la prévention, à travers des actions de dépistage : can-cer du sein, risque cardiovasculaire, consultation d’aide au sevrage taba-gique, test de mémoire, etc.

Médicaux et paramédicaux en un même lieu

Les maisons de santé sont nouvelles dans le système de soins français, mais elles se sont développées très vite, surtout dans les zones rurales confrontées à la désertification médicale. Leur objectif est de maintenir (ou de créer) une offre de soins la plus large possible : médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, mais aussi sages-femmes, psychologues, ortho-phonistes ou orthoptistes. Elles proposent ainsi une prise en charge globale, assurant également la coordination avec l’hôpital. Les projets sont financés par des fonds publics. Les médecins installés versent, à ce titre, un loyer à la collectivité locale du lieu d’implantation.
Les pôles de santé, eux, ont la même diversité professionnelle, mais répartie sur plusieurs sites. La démarche est en effet différente : il s’agit le plus sou-vent de professionnels de santé liés par un projet médical commun, mais qui ont choisi de continuer à exercer dans leurs cabinets respectifs. Les moyens administratifs étant mutualisés, le suivi des patients est optimisé. Une soixantaine de médecins et de paramédicaux ont ainsi créé le pôle de santé Chambéry Nord, en Savoie. La flexibilité de ce statut permet aussi de consti-tuer des pôles d’envergure qui incluent, aux côtés d’un centre hospitalier et d’une clinique par exemple, un centre ou une maison de santé.

Des médecins séduits par le travail en équipe

Les professionnels de santé sont séduits par ces modèles de regroupe-ment : les médecins de moins de 40 ans sont près de huit sur dix à travail-ler en groupe, selon l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes)*, les jeunes praticiens exprimant clairement leur souhait de concilier vie professionnelle et vie personnelle. Par ailleurs, le secrétariat mutualisé les allège du volet administratif, qui représente environ 12 % de la charge de travail d’un généraliste, toujours selon l’Irdes.
Quant à leur statut, il diffère d’une structure à une autre : si dans un centre de santé municipal ou associatif les médecins sont salariés, dans les maisons et les pôles de santé ils exercent en libéral, en secteur 1 ou 2, ce dernier impliquant des dépassements d’honoraires. Soyez vigilant et pensez à vérifier leurs tarifs dans la salle d’attente, cet affichage répon-dant à une obligation légale.

* « Les formes du regroupement pluriprofessionnel en soins de premier recours », rapport de A. Afrite et J. Mousquès, Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes), 2014.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS