Un carnet de santé dépoussiéré pour les enfants

, par  Delphine Delarue

Le ministère de la Santé vient de présenter le carnet de santé qui sera distribué à tous les nouveaux parents dès le 1er avril. Entièrement réactualisée sur la base des recommandations du Haut Conseil de la santé publique (HCSP), cette version 2018 prend en compte les dernières recommandations des autorités sanitaires et devrait mieux répondre aux attentes des familles et des professionnels de santé.

Un véritable outil pédagogique actualisé à destination des jeunes parents : c’est ainsi que l’on pourrait qualifier le nouveau carnet de santé de l’enfant, qui sera distribué dans les maternités ou dans les mairies à partir du 1er avril pour chaque naissance. Présentée le 5 mars par le ministère de la Santé et mise à jour sur la base des indications du Haut Conseil de la santé publique (HCSP), cette version 2018 prend en compte les dernières avancées scientifiques et sociétales, les nouvelles recommandations en matière de prévention, l’identification de nouveaux risques et entend ainsi mieux répondre aux attentes des familles et des professionnels de santé.
Première nouveauté de ce carnet de santé dépoussiéré : l’élargissement de l’obligation vaccinale à onze vaccins pour tous les enfants nés à partir du 1er janvier (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, Hæmophilus influenzæ de type B, hépatite B, pneumocoque, méningocoque C, rougeole, oreillons et rubéole).

Courbes de croissance actualisées

Le modèle 2018 introduit aussi de nouvelles courbes de croissance, établies par l’Inserm à partir de la surveillance de 261 000 enfants répartis sur l’ensemble du territoire métropolitain. Elles remplacent les anciennes courbes, issues de données de l’OMS qui n’avaient pas été mises à jour depuis deux générations. Calibré aux tailles et poids actuels des enfants français, le carnet devrait permettre de mieux détecter les problèmes de santé comme la puberté précoce ou les IMC trop élevés. Le ministère de la Santé précise que des documents complémentaires d’aide à l’interprétation de ces nouvelles courbes seront mis en ligne par l’Inserm dans le courant de l’année. Pour renforcer le suivi des nouveau-nés, le carnet prévoit une consultation pédiatrique dès la deuxième semaine de l’enfant. Jusqu’à présent, ce rendez-vous avait lieu avant la fin du premier mois. Cette mise à jour aidera aussi à rassurer les jeunes mamans et à identifier plus précocement les éventuelles dépressions du post partum.

Messages de prévention enrichis

Enfin, le carnet 2018 reprend les dernières recommandations destinées à prévenir la mort subite du nourrisson et à répondre aux nouveaux risques sanitaires identifiés. Il conseille par exemple d’utiliser des lits à barreaux sans tour de lit, de faire dormir le bébé dans la chambre de ses parents pendant les six premiers mois au minimum, de n’utiliser que des biberons garantis sans bisphénol A et d’éviter de laisser un enfant de moins de 3 ans dans une pièce où la télé est allumée (même s’il ne la regarde pas). En ce qui concerne les allergènes ou les produits chimiques présents dans l’environnement, de nouvelles recommandations très précises, comme aérer le domicile dix minutes par jour, privilégier les produits d’entretien à composant unique et éviter l’utilisation de produits cosmétiques pendant les premiers mois du bébé, ont aussi été ajoutées.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS