Un premier pas vers le cannabis thérapeutique ?

, par  Delphine Delarue

Depuis le 8 juin, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a la possibilité d’autoriser la mise sur le marché de médicaments à base de cannabis. Elle devrait donc étudier prochainement le cas du Sativex, un produit déjà prescrit dans plusieurs pays pour traiter les douleurs de la sclérose en plaques.

Pour certaines associations de malades, pas de doute : un pas supplémentaire vient d’être franchi en matière de prise en charge de la douleur. Depuis la parution d’un décret au Journal officiel le 8 juin, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a la possibilité d’« octroyer une autorisation de mise sur le marché (AMM) à des spécialités pharmaceutiques à base de cannabis (tétrahydrocannabinol [THC], NDLR) ou de ses dérivés », précise le texte. Le décret permet également au directeur de l’ANSM d’autoriser « les opérations de fabrication, de transport, d’importation, d’exportation, de détention, d’offre, de cession, d’acquisition ou d’emploi relatives à ces spécialités ». Si la consommation de cannabis à des fins récréatives reste totalement interdite en France, pour la première fois cette substance n’est plus seulement considérée comme un stupéfiant. Son usage dans un cadre thérapeutique est désormais possible, mais uniquement sous la forme de médicament : en spray ou en gélule.

Un antalgique reconnu

Il y a quelques mois, le ministère de la Santé s’était dit favorable à l’étude d’une éventuelle AMM pour le Sativex, un spray buccal à base de cannabis déjà commercialisé dans plusieurs pays (Canada, Allemagne, Royaume-Uni, République Tchèque, Espagne...) pour lutter contre les douleurs et les contractures liées à la sclérose en plaques et pour soulager les malades de certains cancers en phase terminale. « C’est une belle surprise […], s’était alors réjoui dans les colonnes du Monde Fabienne Lopez, présidente de Principes actifs, une association militante pour le cannabis thérapeutique, et une petite victoire pour les malades qui, jusque-là, avaient bien du mal à se faire entendre dans un débat très politique ». Le Sativex devrait donc prochainement faire l’objet d’une évaluation de la part de l’ANSM. Jusqu’à présent, un seul médicament dérivé des cannabinoïdes, le Marinol (dronabinol), pouvait être prescrit en France pour lutter contre les douleurs chroniques et les nausées liées aux chimiothérapies ou encore pour stimuler l’appétit des malades du sida sous trithérapie. Des prescriptions exceptionnelles, délivrées uniquement dans le cadre d’une autorisation temporaire d’utilisation (ATU) donnée par l’ANSM. 

Sources
- « Bientôt des médicaments à base de cannabis ? », Olivier Lascar, Sciencesetavenir.nouvelobs.com, 10 juin 2013.
- « Des médicaments à base de cannabis bientôt vendus en France », Janlou Chaput, Futura-sciences.com, 12 juin 2013.
- « Marisol Touraine fait un premier par vers le cannabis thérapeutique », Laetitia Clavreul, Lemonde.fr, 1er mars 2013.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS