Un premier pas vers le cannabis thérapeutique ?

, par  Delphine Delarue

Depuis le 8 juin, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a la possibilité d’autoriser la mise sur le marché de médicaments à base de cannabis. Elle devrait donc étudier prochainement le cas du Sativex, un produit déjà prescrit dans plusieurs pays pour traiter les douleurs de la sclérose en plaques.

Pour certaines associations de malades, pas de doute : un pas supplémentaire vient d’être franchi en matière de prise en charge de la douleur. Depuis la parution d’un décret au Journal officiel le 8 juin, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a la possibilité d’« octroyer une autorisation de mise sur le marché (AMM) à des spécialités pharmaceutiques à base de cannabis (tétrahydrocannabinol [THC], NDLR) ou de ses dérivés », précise le texte. Le décret permet également au directeur de l’ANSM d’autoriser « les opérations de fabrication, de transport, d’importation, d’exportation, de détention, d’offre, de cession, d’acquisition ou d’emploi relatives à ces spécialités ». Si la consommation de cannabis à des fins récréatives reste totalement interdite en France, pour la première fois cette substance n’est plus seulement considérée comme un stupéfiant. Son usage dans un cadre thérapeutique est désormais possible, mais uniquement sous la forme de médicament : en spray ou en gélule.

Un antalgique reconnu

Il y a quelques mois, le ministère de la Santé s’était dit favorable à l’étude d’une éventuelle AMM pour le Sativex, un spray buccal à base de cannabis déjà commercialisé dans plusieurs pays (Canada, Allemagne, Royaume-Uni, République Tchèque, Espagne...) pour lutter contre les douleurs et les contractures liées à la sclérose en plaques et pour soulager les malades de certains cancers en phase terminale. « C’est une belle surprise […], s’était alors réjoui dans les colonnes du Monde Fabienne Lopez, présidente de Principes actifs, une association militante pour le cannabis thérapeutique, et une petite victoire pour les malades qui, jusque-là, avaient bien du mal à se faire entendre dans un débat très politique ». Le Sativex devrait donc prochainement faire l’objet d’une évaluation de la part de l’ANSM. Jusqu’à présent, un seul médicament dérivé des cannabinoïdes, le Marinol (dronabinol), pouvait être prescrit en France pour lutter contre les douleurs chroniques et les nausées liées aux chimiothérapies ou encore pour stimuler l’appétit des malades du sida sous trithérapie. Des prescriptions exceptionnelles, délivrées uniquement dans le cadre d’une autorisation temporaire d’utilisation (ATU) donnée par l’ANSM. 

Sources
- « Bientôt des médicaments à base de cannabis ? », Olivier Lascar, Sciencesetavenir.nouvelobs.com, 10 juin 2013.
- « Des médicaments à base de cannabis bientôt vendus en France », Janlou Chaput, Futura-sciences.com, 12 juin 2013.
- « Marisol Touraine fait un premier par vers le cannabis thérapeutique », Laetitia Clavreul, Lemonde.fr, 1er mars 2013.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)