Cannabis médical : l’expérimentation est lancée

, par  Isabelle Coston

Le feu vert a été donné au cannabis thérapeutique en France. Une phase test va donc être menée dans des établissements hospitaliers répartis sur l’ensemble du territoire.

Une première prescription de cannabis pour un usage médical a été délivrée vendredi 26 mars à un patient au CHU de Clermont-Ferrand, en présence du ministre de la Santé, Olivier Véran, lançant ainsi en France l’expérimentation du cannabis thérapeutique.
Celle-ci permettra de tester, en conditions réelles et pendant deux ans, la mise en place d’une politique publique. Elle concernera au total 3 000 patients, qui seront suivis dans 215 structures volontaires sélectionnées par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Évaluer la faisabilité du projet

Cette expérimentation n’a pas vocation à démontrer ou non l’efficacité de la plante dans le traitement de maladies ou de symptômes. Elle doit évaluer la faisabilité du projet dans son ensemble, autrement dit la prescription par les médecins, la délivrance par les pharmaciens, l’approvisionnement (le cannabis ne sera pas pour l’instant cultivé en France), le suivi des patients, etc. Bien entendu, les données récoltées permettront quand même de mesurer l’efficacité, mais aussi la sécurité, de l’utilisation du cannabis dans un cadre médical.

Pour quels patients ?

Le ministère des Solidarités et de la Santé précise que l’usage du cannabis thérapeutique ne sera permis que dans cinq indications : « Les douleurs neuropathiques réfractaires aux traitements accessibles, certaines formes d’épilepsie sévères et résistantes aux médicaments, certains symptômes rebelles en oncologie, certaines situations palliatives et la spasticité [contraction musculaire réflexe très forte, NDLR] douloureuse accompagnant certaines maladies du système nerveux central. » Le traitement par le cannabis à usage médical ne sera toutefois autorisé qu’en « dernière ligne », c’est-à-dire uniquement en cas d’échec des autres traitements existants. Enfin, les patients souffrant de maladies cardiovasculaires ainsi que ceux atteints de psychose ou de schizophrénie ne seront pas éligibles. Les premiers courent en effet un risque de voir leur pression artérielle modifiée en raison de la présence de THC (tétrahydrocannabinol), la molécule psychotrope du cannabis ; les seconds, eux, toujours à cause de cette molécule, peuvent voir leur maladie s’aggraver. « Par ailleurs, le cannabis à usage médical sera contre-indiqué par précaution chez la femme enceinte et allaitante. La mise en place d’une contraception efficace pour les femmes en âge de procréer sera demandée par le prescripteur lors de la première consultation », souligne l’ANSM.

Un cadre d’expérimentation bien défini

L’expérimentation sera menée par des centres de référence hospitaliers, spécialisés dans les indications retenues. Pour y participer, les patients devront en parler au médecin qui les suit afin qu’il prenne contact avec un centre de référence. Pas question, bien sûr, de fumer des joints dans son lit d’hôpital. Les médicaments qui seront administrés « se présenteront sous la forme de fleurs séchées de cannabis pour inhalation par vaporisation et de formes orales et sublinguales à base d’extraits de cannabis solubilisés dans de l’huile », précise l’ANSM.
Les fleurs du cannabis renferment deux molécules qui intéressent les médecins : le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). Le THC est la substance psychoactive qui procure « l’effet planant ». Mais le THC possède également des vertus anti-inflammatoires, antalgiques (antidouleur), antiépileptiques, antiémétiques (antinausées) et il peut agir aussi comme décontractant musculaire. Le CBD, lui, est intéressant pour ses effets sédatifs et relaxants. Quant à son apport thérapeutique, il n’est pour l’instant pas démontré.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

ARTICLES RÉCENTS