Canicule : une plateforme téléphonique pour s’informer et se protéger

, par  Léa Vandeputte

Face à la vague de chaleur qui sévit partout en France, la Direction générale de la santé (DGS) a activé la plateforme téléphonique d’information. Celle-ci délivre gratuitement des conseils simples pour protéger sa santé et celle de son entourage.

En plein épisode de fortes températures, les autorités sanitaires ont renforcé le dispositif de prévention et d’information du public, prévu par le Plan national canicule 2017, en ouvrant la plateforme téléphonique « Canicule info service ». Accessible au 0 800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe en France, de 9 à 19 heures), cette ligne « permet d’obtenir des conseils pour se protéger et protéger son entourage, en particulier les plus fragiles », indique le ministère des Solidarités et de la Santé dans un communiqué.

Des risques pour la santé des plus fragiles

La canicule et les températures élevées ont un impact sur l’organisme. « La santé de chacun peut être en danger quand trois conditions sont réunies : il fait très chaud ; la nuit, la température ne descend pas, ou très peu ; cela dure plusieurs jours », explique l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) sur son site. « Selon l’âge, le corps ne réagit pas de la même façon aux fortes chaleurs, poursuit-il. Lorsque l’on est âgé, le corps transpire peu et il a donc du mal à se maintenir à 37 °C. C’est pourquoi la température du corps peut alors augmenter : on risque le coup de chaleur. En ce qui concerne l’enfant et l’adulte, le corps transpire beaucoup pour se maintenir à la bonne température. Mais, en conséquence, on perd de l’eau et on risque la déshydratation. » Les personnes les plus fragiles comme les personnes âgées de plus de 65 ans, les personnes handicapées ou malades à domicile, les personnes dépendantes, les femmes enceintes ou encore les jeunes enfants sont donc les plus exposées.

Adopter les bons réflexes

Pour se protéger, il suffit pourtant de suivre des conseils simples, rappelés par la Direction générale de la santé (DGS) : « Buvez régulièrement de l’eau sans attendre d’avoir soif ; rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avant-bras) plusieurs fois par jour ; mangez en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool ; évitez de sortir aux heures les plus chaudes et passez plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché, musée…) ; maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ; pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et, dès que nécessaire, osez demander de l’aide ; demandez conseil à votre médecin traitant, tout particulièrement en cas de problème de santé ou de traitement médicamenteux régulier (adaptation de doses par exemple). » Les autorités sanitaires insistent aussi sur « la nécessité d’éviter les efforts physiques pendant les vagues de chaleur, en particulier aux heures les plus chaudes de la journée ».

S’adapter aussi au travail

Les personnes qui travaillent en extérieur et qui ont une activité physique sont également concernées par les risques liés à la chaleur. La DGS rappelle d’ailleurs que « les employeurs sont tenus de prendre, de manière pérenne, les mesures visant à assurer la sécurité et à protéger la santé des travailleurs de leurs établissements ». L’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) recommande ainsi d’adopter des mesures portant sur l’organisation du travail. Mieux vaut « travailler aux heures les moins chaudes, effectuer une rotation des tâches avec des postes moins exposés, augmenter la fréquence des pauses, limiter le travail physique, installer des sources d’eau fraîche à proximité des postes de travail, aménager des aires de repos climatisées ou des zones d’ombre ». Des conseils de prévention individuelle complètent ces mesures : « porter des vêtements légers et de couleur claire qui absorbent l’humidité, se couvrir la tête en cas de travail en extérieur ; boire de l’eau régulièrement, même en l’absence de soif, éviter les boissons alcoolisées ; faire des repas légers et fractionnés ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en...

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France ?
Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

Ils sont 11 millions à aider un parent...

Ils sont 11 millions à aider un parent dépendant, un conjoint malade, un enfant ou un adolescent handicapé. « Ils », ce sont les aidants. Présents au quotidien auprès de leur proche, ils sont porteurs des valeurs de solidarité et d’entraide, mais doivent pourtant faire face à de nombreuses difficultés. (...)

Les pouvoirs de la méditation

Depuis que je médite, je sens vraiment un changement, confie Isabelle. Dire que ça a changé ma vie serait un peu exagéré, mais je suis tout de même beaucoup plus calme, je prends davantage de recul sur les événements de ma vie et j’arrive à mieux me concentrer au bureau.  » Cela fait bientôt deux ans que (...)

ARTICLES RÉCENTS