Cancers professionnels : 11 000 à 23 000 nouveaux cas par an

, par  Delphine Delarue

Les cancers arrivent au deuxième rang des maladies professionnelles les plus déclarées auprès de l’Assurance maladie, juste derrière les TMS. Selon le Plan cancer 2014-2019, 4 à 8,5 % des cas dépistés en France seraient d’origine professionnelle, soit entre 11 000 et 23 000 nouveaux cas par an. Les cancers reconnus en maladie professionnelle sont le plus souvent liés à une exposition à l’amiante. Parallèlement, d’autres cancers d’origine professionnelle augmentent, en particulier celui de la vessie (dû aux hydrocarbures aromatiques polycycliques utilisés pour les teintures, les colorants…) et celui de la face lié aux poussières de bois. Aujourd’hui, seule l’amiante est interdite en France. Certains agents cancérogènes, comme le benzène ou le plomb, font l’objet de valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP). Les autres sont soumis à des règles d’utilisation au sein de l’entreprise. Pour protéger ses salariés, l’employeur est tenu d’évaluer régulièrement les risques et de substituer les produits nocifs par de nouvelles substances (si ce n’est pas possible, il doit réduire l’exposition grâce au travail en vase clos ou à l’aspiration à la source). L’entreprise a également l’obligation de fournir aux salariés une information écrite et une formation sur les dangers qu’ils encourent et les procédures de sécurité à suivre, ainsi que des équipements de protection individuelle.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)