Cancer : l’UE recommande un dépistage élargi et de meilleure qualité

, par  Sophie Lupin

Dans le cadre du Plan européen pour vaincre le cancer, présenté le 20 septembre dernier, la Commission européenne a détaillé une nouvelle approche des dépistages. Elle recommande d’en augmenter le nombre et de cibler davantage de cancers.

Un cancer a été diagnostiqué chez 2,7 millions de personnes dans l’Union européenne en 2020. On estime qu’un citoyen de l’UE sur deux développera un cancer au cours de sa vie, avec des conséquences durables pour sa qualité de vie, et que seulement la moitié des patients atteints d’un cancer survivront.
« Le cancer constitue pour nous une priorité sanitaire. Au cours des deux dernières années, la Covid-19 a eu des répercussions négatives sur la prévention, la détection et le diagnostic du cancer. Une détection du cancer aussi précoce que possible peut réellement faire la différence en augmentant les possibilités de traitement et en sauvant des vies. Pour ce faire, nous devons renforcer le dépistage du cancer dans toute l’Union européenne. Aujourd’hui, nous montrons une nouvelle fois notre détermination à lutter résolument et collectivement contre le cancer », explique Margaritis Schinas, vice-président de la Commission européenne, chargé de la promotion de notre mode de vie européen.

Que préconise l’UE ?

La recommandation de la Commission européenne vise à accroître le recours au dépistage du cancer du sein, du cancer colorectal et du cancer du col de l’utérus.
Pour le cancer du sein, un dépistage pourrait être proposé aux femmes âgées de 45 à 74 ans (contre 50 à 69 ans aujourd’hui). Le dépistage du virus des papillomes humains (VPH) serait pratiqué chez les femmes âgées de 30 à 65 ans, tous les 5 ans ou plus afin de détecter le cancer du col de l’utérus. Enfin pour le cancer colorectal est recommandée la réalisation de tests immunochimiques fécaux chez les personnes âgées de 50 à 74 ans afin de déterminer la nécessité d’un suivi par endoscopie/coloscopie.
Le principe du dépistage ciblé pourrait être étendu à d’autres cancers : celui de la prostate (jusqu’à 70 ans sur la base du test de l’antigène prostatique spécifique avec une IRM supplémentaire à titre de suivi), du poumon (chez les gros fumeurs et les anciens gros fumeurs âgés de 50 à 75 ans) et de l’estomac (dans les régions où les taux d’incidence et de mortalité du cancer de l’estomac sont élevés).

Quels moyens alloués ?

Un soutien financier est prévu et disponible pour la mise en œuvre de ces nouvelles recommandations : 38,5 millions d’euros au titre du programme « L’UE pour la santé 2021-2027 » et 60 millions d’euros au titre d’« Horizon Europe ». L’objectif ? Aider les États membres à faire en sorte que, d’ici à 2025, 90 % de la population de l’Union se voit proposer tous ces dépistages. Prochaine étape, une fois adoptée par le Conseil, la recommandation remplacera la « Recommandation du Conseil du 2 décembre 2003 » relative au dépistage du cancer de 2003.

Source :
« Union européenne de la santé : une nouvelle approche de l’UE en matière de détection du cancer – Un dépistage élargi et de meilleure qualité ». Communiqué de presse de la Commission européenne, 20 septembre 2022.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS