Cancer du sein : un dépistage précoce primordial

, par  Pauline Maisterra

La dixième édition de la campagne Octobre rose vient juste de démarrer : tout au long du mois, de nombreux événements vont être organisés dans toute la France par des associations, des instituts ou encore des établissements de santé. Objectif : informer sur le dépistage du cancer du sein, car, dans l’Hexagone, une femme sur huit risque d’en développer un.

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes. C’est également, pour elles, la première cause de décès : d’après le ministère de la Santé, en 2012, il a tué en France près de 11 886 personnes et 48 800 nouveaux cas ont été détectés. Entre 2005 et 2012, le taux de mortalité a tout de même diminué de 1,5 %, en raison notamment du dépistage précoce. « Il est très important de convaincre les femmes qui ont entre 50 et 74 ans de se faire dépister », insiste Olivier Graesslin, secrétaire général du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNgof) chargé de la gynécologie. Selon les dernières études internationales, en effet, la mortalité a été réduite de 15 à 21 % grâce au programme de dépistage du cancer du sein. Un dépistage précoce signifie également des traitements moins lourds, entraînant donc moins de séquelles. Malheureusement, malgré les incitations à passer une mammographie tous les deux ans, remboursée à 100 % par l’Assurance maladie, seules 52,7 % de femmes âgées entre 50 et 74 ans ont participé à un programme de dépistage en 2012, selon l’Institut national du cancer, alors que le seuil de référence préconisé au niveau européen est de 70 %.

Les personnes à risque

« L’âge moyen d’une femme qui a un cancer du sein se situe entre 60 et 62 ans », indique Olivier Graesslin. Le programme de dépistage est donc proposé aux femmes qui ont entre 50 et 74 ans, pas aux « plus jeunes ». Pourtant, la question fait débat : « Dans certains pays d’Europe, on les dépiste plus tôt, précise-t-il, autour de 45 ans. […] Mais, il y a un double problème : avant 50 ans, la densité des seins est plus élevée et donc la lecture, l’interprétation du cliché, sera plus difficile, et les seins sont également plus sensibles aux rayonnements. » Autres facteurs de risque du cancer du sein : les prédispositions génétiques, les antécédents familiaux (si beaucoup de membres de la famille ont eu un cancer du sein), l’alcool, le tabac, l’obésité, etc.

L’opération de plus en plus pratiquée en ambulatoire

Plus la tumeur sera diagnostiquée tôt, plus il sera possible de la retirer « facilement ». Des opérations qui sont réalisées en ambulatoire dans certains établissements de santé comme dans ceux de l’Institut Curie, où depuis fin 2012 jusqu’à aujourd’hui 40 % des interventions du cancer du sein ont été pratiquées de cette façon. Selon cet institut, une opération « programmée et standardisée dure entre vingt à quatre-vingt-dix minutes ». Le pari est simple : que tous y trouvent leur compte. « La patiente va pouvoir rentrer chez elle plus vite et être plus vite auprès des siens, explique Olivier Graesslin. Elle aura également moins de risques d’infection nosocomiale. » Ce type d’infection, contractée au cours d’un séjour dans un établissement de santé au moins quarante-huit heures après l’hospitalisation, touche un patient sur vingt, selon l’Institut de veille sanitaire (INVS). Autre avantage : les hôpitaux vont pouvoir faire des économies en ayant des lits disponibles plus rapidement. La France est en retard dans ce domaine : « Le taux d’hospitalisation de jour était estimé en 2009 à 36 % dans l’Hexagone, alors qu’il dépassait déjà les 50 % en Europe », a expliqué dans un communiqué l’Institut Curie.

Sources
- « Octobre rose, mois de mobilisation contre le cancer du sein », dossier de presse, Sante.gouv.fr.
- « Le cancer du sein opéré sans hospitalisation », Le Point, 30 septembre 2014.
- « Les fondamentaux de la chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein », lors du premier colloque dédié au cancer du sein et la prise en charge en chirurgie ambulatoire, docteur Séverine Alran, responsable de la chirurgie ambulatoire à l’Institut Curie, Paris, 26 septembre 2014.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS