Cancer du sein : le dépistage gratuit pour toutes les femmes à risque

, par  Isabelle Coston

Cette année, lors du lancement d’Octobre rose, le ministère de la Santé a annoncé la prise en charge à 100 % des examens de dépistage du cancer du sein pour les femmes à risque, quel que soit leur âge.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a profité de la grande campagne d’information sur le cancer du sein Octobre rose et de son cortège de manifestations partout en France pour annoncer que, dorénavant, toutes les femmes présentant un risque « élevé » ou « très élevé » de développer un cancer du sein verraient leurs examens de dépistage remboursés à 100 % par l’Assurance maladie.

La gratuité des examens bientôt étendue

Jusqu’alors, seules celles qui étaient âgées de 50 à 74 ans pouvaient bénéficier, tous les deux ans, de cette prise en charge totale. « La mesure sera effective au printemps », a précisé la ministre lors de sa conférence de presse. Et ces femmes pourront être suivies de façon rapprochée, tous les ans, voire tous les six mois, si leur médecin le juge utile.

Des risques identifiés

Sont concernées par cette nouvelle mesure les femmes de moins de 50 ans ou de plus de 74 ans qui ont déjà eu un cancer, qui ont subi des radiothérapies du thorax à hautes doses, qui présentent des antécédents familiaux de cancer du sein ou encore qui risquent de connaître des mutations de gènes – comme l’actrice Angelina Jolie, par exemple, qui avait choisi de médiatiser sa double mastectomie.

Une campagne pour sauver des vies

Octobre rose, la campagne d’information menée par l’association « Le cancer du sein, parlons-en ! » a cette année encore été l’occasion de grandes manifestations sur tout le territoire pour inciter les femmes à se faire dépister. L’association rappelle, sur le site Cancerdusein.org, qu’« une femme sur huit risque de développer un cancer du sein » et que, « chaque année, le dépistage précoce permet de sauver des milliers de vie ». Ce site reste jusqu’au 15 novembre un lieu d‘échanges pour prolonger les débats. Les femmes pourront y interroger des professionnels de santé.

Du rose pour mobiliser les femmes

Lors du lancement de cette vingt-deuxième campagne, la tour Eiffel s’est parée de lumière rose pour marquer les esprits. Les chiffres de l’Institut national du cancer (Inca) montrent une stagnation du dépistage du cancer du sein, « la première cause de mortalité par cancer, avec près de 12 000 décès par an. Pourtant, s’il est détecté tôt, ce cancer est guéri dans neuf cas sur dix* ».
Pour la première fois, en 2015, l’association a mis en place un village d’informations avec animations, films et tables-rondes afin de convaincre les femmes de se faire dépister le plus tôt possible et de les informer sur l’importance de faire avancer la recherche.

* « A l’occasion d’Octobre rose 2015, Marisol Touraine ouvre une concertation sur le dépistage du cancer du sein et annonce la prise en charge à 100 % des examens de dépistage pour les femmes les plus exposées », ministère des Affaires sociales de la Santé et des Droits de femmes, Paris, 29 septembre 2015.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS