Cancer du col de l’utérus : le dépistage organisé sera généralisé en 2017

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé la généralisation du dépistage du cancer du col de l’utérus le 8 mars, Journée internationale de la femme. Le Plan cancer 2014-2019 prévoit en effet la mise en place d’un nouveau programme de dépistage organisé. L’objectif est que 80 % de la population cible, c’est-à-dire les femmes entre 25 et 65 ans, fasse régulièrement des frottis au lieu de 50 à 60 % actuellement. Cet examen devra également être plus facilement accessible aux populations vulnérables ou les plus éloignées du système de santé. « Un programme national de dépistage pour le cancer du col de l’utérus sera donc lancé, sur le modèle de celui du cancer du sein », précise le communiqué du ministère. Dès cette année, une expérimentation sera menée dans certains départements (Alsace, Cher, Indre-et-Loire, Isère, Maine-et-Loire, Martinique, Réunion, Val-de-Marne), ainsi que dans la région Auvergne, avant une généralisation prévue en 2017.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)