Le calendrier vaccinal compte désormais onze vaccins obligatoires

, par  Delphine Delarue

Depuis le 1er janvier, le calendrier vaccinal est passé de trois à onze vaccins obligatoires. Pour être admis en collectivité, tous les enfants nés à partir de cette date devront être à jour.

C’est chose faite : depuis le 1er janvier, et malgré les polémiques, le calendrier vaccinal des enfants compte désormais onze vaccins obligatoires. Mesure phare de la loi de santé 2018, cette disposition a pour objectif de lutter contre la baisse de la couverture vaccinale au sein de la population. Rappelons que, selon l’agence Santé publique France, dans notre pays « certains niveaux de couverture n’atteignent pas l’objectif de 95 % fixé par l’Organisation mondiale de la santé pour empêcher la transmission des maladies ». C’est notamment le cas pour la rougeole, une maladie que l’on croyait sur le point d’être éradiquée et qui a pourtant été mortelle à plusieurs reprises lors des récentes vagues épidémiques.
Jusqu’à présent, l’obligation vaccinale ne concernait que les vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la polio (DTP). Huit autres étaient simplement recommandés : ceux contre la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l’hépatite B, la bactérie Hæmophilus influenzæ, le pneumocoque et le méningocoque C. Ce sont ces derniers qui sont devenus obligatoires. Pour être admis en collectivité, tous les enfants nés à partir du 1er janvier devront être à jour. A noter que tous ces vaccins sont remboursés à 100 % (Assurance maladie plus mutuelle) et que la plupart étaient déjà prescrits dans la cadre de la vaccination combinée.

Quelles sanctions pour les parents récalcitrants ?

En juillet 2017, selon un sondage Odoxa pour Le Figaro, 56 % des Français étaient opposés au passage à onze vaccins obligatoires. De nombreux parents s’interrogent encore sur les complications éventuelles et sur la nocivité des sels d’aluminium utilisés comme adjuvants, malgré le discours rassurant des autorités sanitaires. Bien que la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, ait affirmé qu’elle n’était pas là pour « donner des amendes ni engager des poursuites » et qu’il n’y aurait pas de « sanction pénale » à l’encontre des parents réfractaires, le défaut de vaccination demeure punissable et peut être poursuivi au titre de manquement à l’obligation de protection des mineurs. Dans ce cadre, les sanctions peuvent aller jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros d’amende. En réalité, les condamnations restent plutôt rares. Ce que risquent vraiment les parents, c’est surtout de ne pas pouvoir inscrire leur enfant à la crèche ou à l’école. Et, de ce fait, être tentés de recourir à un médecin acceptant de délivrer un faux certificat. Or, si cette pratique existe, il faut savoir qu’elle est lourde de conséquences pour le praticien : il s’expose à des sanctions pénales pour faux et usage de faux, ainsi qu’à une radiation pure et simple de l’ordre des médecins.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS