Le burn-out, une longue et fastidieuse reconnaissance

, par  Vincent Portois

Le syndrome d’épuisement professionnel, plus communément appelé burn-out, touche 3,5 millions de Français. Devenu un combat pour le député socialiste Benoît Hamon, cette maladie a encore fait parler d’elle ces derniers jours, via des demandes d’amendements dans le projet de loi sur le dialogue social, débattu actuellement.

« Je n’avais plus de vie, j’étais pris dans une spirale », « Ils disent que je suis vulnérable, c’est faux, c’est la situation qui m’a fragilisée »… : des témoignages touchants concernant le burn-out foisonnent dans le journal Libération du 26 mai dernier, qui y consacre quatre pages. Un sénateur socialiste parle même de ce syndrome d’épuisement professionnel pouvant mener à la dépression comme de la nouvelle maladie des temps modernes : « Il faut traiter les effets, mais également les causes qui peuvent naître de l’organisation du travail dans les bureaux ou les ateliers. »
C’est dans ce sens que Benoît Hamon avait déposé des amendements, soutenu par trente autres députés, pour que le burn-out soit reconnu comme une maladie professionnelle – aujourd’hui, celui-ci est intégralement pris en charge par le régime général de la Sécurité sociale, sous le terme « dépression nerveuse ».

Pour une prise de conscience des entreprises et des employeurs

Dans les médias, Benoît Hamon se targuait de vouloir faire comprendre aux entreprises et aux employeurs leur rôle dans ce syndrome, quand ils sont en cause, bien sûr, notamment pour que l’Assurance maladie ne soit plus seule à en assumer les dépenses.
Mais jamais deux sans trois : pour la troisième fois en deux ans, les amendements ont été rejetés mercredi 27 mai. Selon la commission des finances de l’Assemblée, ils entraîneraient des hausses de dépenses publiques, sans préciser de recettes supplémentaires. Dans la nuit du jeudi 28 au vendredi 29 mai, cependant, sursaut de l’Assemblée nationale, qui a inscrit dans le projet de loi que « les maladies psychiques peuvent être reconnues comme maladies professionnelles ». Un pas vers la reconnaissance, puisque la branche travail de la Sécurité sociale, financée par les entreprises elles-mêmes, paierait ainsi pour le burn-out – bien qu’il ne soit pas encore reconnu sous ce nom. Un progrès, un assouplissement, donc, mais somme toute relatif, car pour le ministère du Travail, « le diagnostic est complexe à poser », avec une ligne ténue entre le stress de la vie privée et celui de la vie professionnelle. Par le biais de la publication d’un guide sur le burn-out, le ministère insiste également sur l’importance de la prévention, notamment pour les employeurs, afin qu’ils détectent et comprennent mieux ce syndrome.

Sources
- « Burn-out, labeur au ventre », Libération, 26 mai 2015.
- Guide de prévention du burn-out, Direction générale du travail, l’INRS et l’Anact, 2015.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS