Burn-out : les entreprises bientôt face à leurs responsabilités ?

, par  Delphine Delarue

Dans une tribune publiée par « Le Journal du dimanche », une trentaine de députés demandent la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle par la Sécurité sociale, l’idée étant d’en faire supporter la prise en charge aux employeurs.

Les entreprises devront-elles bientôt assumer le coût du burn-out de leurs salariés ? C’est en tout cas l’idée défendue par une trentaine de députés de la majorité dans une tribune du Journal du dimanche (JDD) publiée le 6 décembre. Et ils sont loin d’être les premiers à évoquer le sujet : le 1er décembre, des médecins les ont précédés dans l’hebdomadaire Marianne. A l’origine de ce mouvement qui rassemble de plus en plus de monde, il y a un premier appel, lancé en janvier dernier, à l’initiative du cabinet Technologia, spécialiste des risques psychosociaux, et signé par plus de 73 000 personnes. Selon les députés, la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle est une étape indispensable à la prise en charge de la pathologie par « ceux qui en sont responsables, c’est-à-dire les employeurs ». « Aujourd’hui, un salarié sur quatre du secteur privé déclare avoir eu un problème psychologique grave au travail et, selon la même source (Baromètre Cegos, novembre 2014, NDLR), 26 % des salariés et 22 % des manageurs estiment que le travail a été directement à l’origine de leurs troubles, plus de 50 % disant subir un stress régulier au travail », précisent les signataires de la tribune dans le JDD. D’après une étude du cabinet Technologia publiée en janvier, 3,2 millions d’actifs seraient « en situation de risque élevé d’épuisement nerveux ».

Mettre fin à une situation « inéquitable »

Actuellement, les premières conséquences de cet épuisement professionnel sévère – l’arrêt maladie ou le congé thérapeutique – sont supportées par le régime général et donc par « la collectivité dans son ensemble ». Cela représente environ 1 milliard d’euros dans les comptes de la Sécurité sociale. « Faire ainsi basculer le financement des effets du burn-out sur la branche accident du travail et maladies professionnelles – financée par les cotisations patronales à 97 % – mettrait fin à une situation inéquitable », estiment les députés. Ces derniers proposent donc que le tableau des maladies professionnelles intègre deux éléments nouveaux : « la dépression suite à un épuisement profond » et « le stress post-traumatique au travail ». Ces modifications pourraient résulter d’une négociation avec les partenaires sociaux par le biais des conventions collectives ou d’une décision du gouvernement suite à une concertation. Aujourd’hui, seuls quelques cas de burn-out par an sont reconnus comme maladie professionnelle. Pour cela, l’épuisement doit avoir entraîné une incapacité permanente de 25 % – ce qui est difficile, voire impossible à évaluer sur le plan psychique – et des liens directs avec le travail doivent avoir été démontrés par le salarié, ce qui n’est pas une mince affaire. « En suscitant le dialogue entre les partenaires sociaux sur l’organisation du travail, nous basculerons […] d’un modèle de réparation minimale à un modèle de prévention du burn-out au sein des entreprises », concluent les députés.

Sources
- « L’appel des députés pour la reconnaissance du burn-out », Le Journal du dimanche, 6 décembre 2014.
- « Burn-out : l’entreprise va-t-elle bientôt payer ? », Alexia Eychenne, Lexpress.fr, 9 décembre 2014.
- « Des députés appellent à ce que le burn-out soit reconnu maladie professionnelle », Marc de Boni, Lefigaro.fr, 7 décembre 2014.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS