Burn-out : améliorer le diagnostic et la prise en charge

, par  Léa Vandeputte

La Haute Autorité de santé (HAS) a publié des recommandations pour aider les professionnels de santé à mieux diagnostiquer le burn-out, à adapter la prise en charge et à accompagner le retour au travail.

Le burn-out, ou syndrome d’épuisement professionnel, reste mal connu. Pour accompagner les médecins dans le diagnostic et la prise en charge de celui-ci, la Haute Autorité de santé (HAS) a donc publié de nouvelles recommandations
le lundi 22 mai. Bien que le burn-out ne soit pas une maladie en tant que telle et qu’il reste « sujet à débat et à controverse », la HAS rappelle dans un communiqué qu’il s’agit d’un « véritable syndrome, qui se traduit par un épuisement physique, émotionnel et mental profond, causé par un investissement prolongé dans des situations des travail exigeantes ». Il demeure toutefois difficile à repérer en raison de ses manifestations diverses et « peut souvent passer inaperçu, être diagnostiqué à tort ou encore traité de façon inadéquate. »

Repérer les signes et analyser les conditions de travail

Dans sa nouvelle fiche mémo, destinée prioritairement aux médecins généralistes et aux médecins des services de santé au travail, la HAS détaille les principales manifestations du burn-out, qui sont « d’ordre émotionnel (anxiété, tristesse, hypersensibilité, absence d’émotion…) ; cognitif (troubles de la mémoire, de l’attention, de la concentration…) ; comportemental ou interpersonnel (isolement social, comportement agressif ou violent, diminution de l’empathie, comportements addictifs...) ; motivationnel (désengagement, remise en cause professionnelle, dévalorisation…) ; physique (troubles du sommeil, troubles musculo-squelettiques, gastro-intestinaux…) ».
L’autorité sanitaire souligne cependant que ces symptômes ne sont pas spécifiques et que les médecins doivent aussi s’intéresser « aux conditions de travail (intensité et organisation du travail, exigences émotionnelles, autonomie et marge de manœuvre, relations dans le travail, conflits de valeurs, insécurité de l’emploi), à la personne et à son vécu (antécédents dépressifs personnels et familiaux, événements survenus dans la vie personnelle, soutien de l’entourage, rapport au travail) », afin d’établir le bon diagnostic.

Des soins personnalisés

Elle insiste également sur la nécessité de mettre en place une prise en charge personnalisée, reposant sur « un arrêt de travail, dont la durée est adaptée à l’évolution du trouble et au contexte socioprofessionnel ; la combinaison d’interventions psychothérapeutiques ou psychocorporelles (thérapies cognitivo-comportementales, relaxation, méditation pleine conscience…) ; un éventuel traitement médicamenteux, notamment par antidépresseurs, mais uniquement si le burn-out est associé à des troubles anxieux ou dépressifs ; l’intervention d’un psychiatre pour les cas complexes ou sévères, pour une réévaluation des traitements médicamenteux ou pour une poursuite d’arrêt maladie ».
Enfin, pour accompagner le retour au travail, la fiche mémo préconise d’organiser au moins une visite de préreprise avec le médecin du travail, qui pourra ainsi « recommander des aménagements ou adaptations du poste de travail, voire des mesures visant à faciliter le reclassement du salarié ou sa réorientation professionnelle ». La HAS ajoute qu’« un suivi régulier, impliquant le médecin du travail, le médecin traitant et le cas échéant le psychiatre, est indispensable pour aider au maintien dans l’emploi du patient ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS