Bisphénol A : où en est-on de l’interdiction ?

Depuis la fin du mois de janvier 2015, le bisphénol A (BPA) est interdit dans la fabrication des contenants alimentaires commercialisés sur le territoire français. Pourtant, lors d’une étude portant sur plusieurs produits et leurs contenants réalisée en avril dernier par l’Association santé environnement France (ASEF), de petites quantités ont été retrouvées dans une canette de soda et dans deux boîtes de haricots blancs. «  Dans notre pays, le BPA est proscrit dans les contenants alimentaires, mais ce n’est pas le cas dans l’ensemble des pays du monde ou même de l’Union européenne, précise André Cicolella, président du Réseau environnement santé (RES). Nous n’avons aucune garantie de surveillance sur ce qui entre à la frontière.  » Autre souci : même si les industriels décident de jouer le jeu, ils ont pour la plupart remplacé le BPA par d’autres bisphénols (le S ou le F), encore autorisés malgré les soupçons quant à leurs effets néfastes sur le système hormonal. Bonne nouvelle, en revanche, pour les bébés : aucune trace de bisphénol (A, S ou F) n’a été retrouvée dans les biberons analysés lors de cette étude.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)