Bien dormir pour être en forme

, par  Léa Vandeputte

Nous passons en moyenne un tiers de notre vie à dormir et cette activité est essentielle pour avoir de l’énergie, conserver sa vigilance et surtout rester en bonne santé. Pourtant, 45 % des Français âgés de 25 à 45 ans considèrent qu’ils dorment moins que ce dont ils ont besoin.

Les obligations familiales ou professionnelles, mais aussi les mauvaises habitudes, comme le fait d’avoir une alimentation déséquilibrée, ont une influence sur le sommeil. Sa qualité et sa durée peuvent en pâtir. Mais pour passer une bonne nuit dans les bras de Morphée, encore faut-il comprendre le fonctionnement de son corps et les mécanismes du sommeil.

Pourquoi a-t-on besoin de dormir ?

Tout comme la respiration ou la digestion, le sommeil fait partie des fonctions vitales pour l’organisme. C’est un moment de récupération pour le corps et le cerveau. « Il permet une réparation tant au niveau cellulaire qu’au niveau physiologique », précise le docteur Joëlle Adrien, présidente de l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV). Il joue également un rôle dans le maintien des fonctions d’apprentissage, de mémorisation et d’adaptation. « Pourtant, en France, 30 % de la population ne dort pas assez pendant la semaine, observe le docteur Adrien. Or cette dette de sommeil a un impact sur la santé : elle favorise l’obésité, le diabète, l’hypertension et les troubles anxieux. »

Comment le sommeil est-il structuré ?

Il existe deux types de sommeil : le sommeil lent, avec une activité cérébrale ralentie, et le sommeil paradoxal, avec une activité cérébrale intense. Le passage de l’un à l’autre constitue un cycle de sommeil qui dure en moyenne quatre-vingt-dix minutes. Au cours de la nuit, quatre à cinq cycles se succèdent. « En première partie de nuit, le sommeil lent est plus profond qu’en deuxième partie, explique Joëlle Adrien. C’est pour cette raison que les trois ou quatre premières heures de sommeil sont les plus récupératrices. »

Quelle est la bonne durée d’une nuit de sommeil ?

Les besoins de sommeil diffèrent d’une personne à une autre. En moyenne, un adulte dort entre sept et huit heures par nuit. « La durée idéale d’une nuit est celle qui permet de se sentir en forme et de fonctionner normalement au cours de la journée, indique le docteur Adrien. Il est donc important de bien se connaître pour pouvoir respecter ce besoin ainsi que les horaires propices au sommeil. En résumé, il faut savoir coopérer avec son horloge biologique. La période des vacances permet d’apprécier ses besoins. Après une journée d’activité normale, il faut aller se coucher dès que l’on a sommeil, puis noter l’heure de son réveil spontané et renouveler l’expérience. »

Comment le sommeil évolue-t-il avec l’âge ?

La durée et la qualité du sommeil évoluent tout au long de la vie. Un nouveau-né dort environ seize heures sur vingt-quatre, un enfant de 10 ans, entre dix et onze heures. Enfin, à l’âge adulte, la durée du sommeil se stabilise entre sept et huit heures. La profondeur du sommeil diminue aussi au fil des ans. « Un enfant a un sommeil lent profond plus important en raison de la croissance et du besoin de renouvellement des cellules, souligne Joëlle Adrien. A l’inverse, après 50 ans, le sommeil est plus léger et les réveils au cours de la nuit sont plus fréquents. »

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS