Benzodiazépines : les risques d’une prise au long cours confirmés

, par  La rédaction

La Haute Autorité de santé (HAS) a réévalué l’intérêt thérapeutique des benzodiazépines anxiolytiques (Xanax, Lexomil…) dans le traitement de l’anxiété. Conclusion : ces médicaments demeurent efficaces, mais essentiellement à court terme (sur une période de huit à douze semaines). Au-delà, « leurs effets indésirables et le risque de dépendance […] doivent conduire à inscrire leur prescription dans une stratégie à court terme, soit dans un contexte de crise aiguë d’angoisse, soit en seconde intention dans les troubles anxieux ou les troubles de l’adaptation », indique la HAS dans un communiqué. Parmi les effets secondaires redoutés : des troubles de la vigilance et de la mémoire, des risques de chute… Si la Haute Autorité préconise le maintien du taux actuel de remboursement des benzodiazépines (65 %), elle a tout de même publié une fiche mémo afin d’aider les médecins à proposer à leurs patients des stratégies d’arrêt progressif de ce type de médicament. En 2014, plus de 7 millions de personnes auraient consommé des anxiolytiques, dont 16 % en traitement chronique sur plusieurs années.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS