Benzodiazépines : les médecins peu convaincus par une baisse de remboursement

, par  Delphine Delarue

Alors que la Haute Autorité de santé (HAS) recommande une baisse du taux de remboursement des benzodiazépines hypnotiques, MG France et le Collège de la médecine générale rappellent l’utilité thérapeutique de ces somnifères pour certains patients. Selon eux, une telle mesure creuserait les inégalités d’accès aux traitements, pénalisant les patients les plus fragiles.

Pour certains médecins, baisser le taux de remboursement des benzodiazépines hypnotiques de 65 à 15 % comme le préconise la Haute Autorité de santé (HAS) n’est pas une bonne solution. Les déremboursements « creusent les inégalités, explique le docteur Claude Leicher, président du syndicat MG France, dans les colonnes du Quotidien du médecin. Les catégories socioprofessionnelles les plus vulnérables sont les plus touchées par les troubles anxieux, ce n’est pas juste de leur faire payer plus cher leurs médicaments ». Seulement, avec environ quatre millions de personnes concernées, notre pays reste l’un des plus gros consommateurs de somnifères en Europe. En recommandant une baisse du remboursement, la HAS entend inverser la tendance et réduire le mésusage de produits qu’elle estime peu efficaces, voire dangereux. « Les benzodiazépines hypnotiques peuvent provoquer une dépendance, rappelle-t-elle dans un communiqué, et être responsables de nombreux effets délétères », comme des troubles de la mémoire, une somnolence diurne ou des risques accrus de chutes et d’accidents. Par ailleurs, alors que la durée de prescription préconisée pour ces hypnotiques est limitée à quatre semaines, elle s’étend souvent « sur plusieurs mois, voire plusieurs années ».

Une mesure qui tient « plus de l’affichage que d’une quelconque efficacité »

Si la plupart des médecins reconnaissent les dangers de la situation de surconsommation et de mésusage, certains tiennent tout de même à rappeler l’utilité des benzodiazépines. Lorsque les troubles du sommeil sont causés par des troubles anxio-dépressifs, « les somnifères restent totalement nécessaires, y compris dans la durée », explique le docteur Sylvie Royant-Parola, psychiatre et présidente du réseau Morphée, interrogée par le quotidien La Croix. Selon elle, le traitement permet au patient de passer « une nuit relativement apaisée » et d’éviter une dépression plus sévère. Pour le docteur Marie-Hélène Certain, secrétaire générale du Collège de médecine générale, « la mesure de déremboursement tient plus de l’affichage que d’une quelconque efficacité » : elle n’empêchera certainement pas les patients dépendants de poursuivre leur consommation.
Enfin, les médecins rappellent que les alternatives non-médicamenteuses aux somnifères préconisées par la HAS pour les prescriptions de première intention demeurent encore limitées. L’offre de thérapies comportementales et cognitives (TCC) par exemple, ces thérapies grâce auxquelles le patient apprend à modifier son comportement face au sommeil, est trop peu développée en France et les médecins estiment par ailleurs manquer de temps pour mettre en place des consultations longues réellement adaptées aux troubles du sommeil.

Sources
- « Benzodiazépines : le collège de la médecine générale et MG France mécontents de l’avis de la HAS », Damien Coulomb, Lequotidiendumédecin.fr, 25 juillet 2014.
- « Les somnifères sont-ils vraiment utiles ? », Emmanuelle Lucas, Lacroix.fr, 25 juillet 2014.
- « Benzodiazépines hypnotiques au long cours : un intérêt thérapeutique limité », communiqué de la Haute Autorité de santé, 24 juillet 2014.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)