AVC : une journée pour sensibiliser

, par  Juliette Bencivengo

La Xe Journée mondiale de lutte contre l’AVC a eu lieu le 29 octobre. L’occasion de rappeler que la sensibilisation, la prévention et une prise en charge rapide peuvent tout changer.

Une femme sur cinq et un homme sur six y seront confrontés au cours de leur vie : l’accident vasculaire cérébral (AVC) frappe 15 millions de personnes par an dans le monde et 6 millions en meurent. En France, on compte un AVC toutes les quatre minutes. Sur les 800 000 Français ayant survécu, 500 000 en gardent un handicap.
Egalement connu sous le nom d’« attaque cérébrale », l’AVC peut avoir différentes causes, mais toutes ont la même conséquence : en défaut d’irrigation, les tissus cérébraux meurent. Troisième cause de mortalité en France, c’est également le premier motif de handicap dit « acquis » chez l’adulte et la deuxième cause de démence, derrière la maladie d’Alzheimer. Enfin, contrairement à une idée populaire, l’AVC ne concerne pas que les populations âgées : si 50 % des accidents surviennent chez les plus de 75 ans, les moins de 65 ans ne sont pas épargnés, avec 25 % des cas, et jusqu’à 15 % encore chez les moins de 50 ans.

Reconnaître les signes, prévenir les risques

La Journée mondiale de lutte contre l’AVC a dix ans, et les chiffres connexes, comme les raisons de la perpétuer, n’ont pas diminué. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) évoque une pandémie et conjecture un avenir alarmant. Avec le vieillissement de la population et l’accroissement des facteurs de risque, les cas d’AVC pourraient passer de 16 millions en 2005 à 23 millions en 2030. La sensibilisation des populations au repérage des symptômes et aux moyens de prévention est donc vitale.
Car si l’AVC est très meurtrier, une prise en charge rapide peut tout changer dans les séquelles sur la santé de l’individu. Ce constat a permis de faire progresser le dépistage, ces dernières années, notamment par le biais de campagnes d’affichage. La population peut ainsi mieux identifier certaines manifestations physiques imputables à la survenue d’un AVC. Qu’il s’agisse d’une déformation de la bouche, d’une subite difficulté d’élocution, d’une faiblesse ou paralysie brutale d’un côté du corps ou d’un membre, d’une diminution soudaine de la vision ou encore d’une perte de l’attention non explicable, tout un chacun devrait reconnaître les signes d’alerte. Hier encore, une nouvelle campagne radiophonique (« AVC : agir vite, c’est important ») a été lancée. C’est d’ailleurs dans cette optique que les unités neuro-vasculaires ont vu leur nombre se décupler ces dernières années, passant de 33 en 2007 à 116 en 2012.
Toutefois, prévenir en agissant sur les facteurs de risque (hypertension artérielle, tabagisme, surpoids, cholestérol, diabète, manque d’activité physique...) reste également un axe important de la sensibilisation, car si l’AVC est mieux pris en charge aujourd’hui qu’hier, ses séquelles sont toujours potentiellement dramatiques.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS