AVC : agir vite et bien

, par  Delphine Delarue

A l’occasion de la Journée européenne de prévention de l’accident vasculaire cérébral (AVC), qui a eu lieu mardi 14 mai, la Société française neuro-vasculaire (SFNV) et l’association de patients France AVC ont rappelé l’importance d’une prise en charge rapide dès les premiers symptômes, mais aussi la nécessité de surveiller sa tension régulièrement.

La Journée européenne de prévention de l’accident vasculaire cérébral (AVC), le 14 mai dernier, a été l’occasion de revenir sur une pathologie qui touche chaque année 155 000 personnes en France. Plusieurs actions de sensibilisation et d’information ont été menées dans l’Hexagone, en particulier dans les centres hospitaliers, à l’initiative du corps médical, de la Société française neuro-vasculaire (SFNV) et de l’association de patients France AVC. Premier message diffusé au cours de cette journée : l’importance d’une prise en charge immédiate du patient. Lorsque l’AVC survient, c’est-à-dire quand la circulation sanguine dans le cerveau est interrompue par un vaisseau sanguin bouché (AVC ischémique ou infarctus cérébral) ou par l’éclatement d’un vaisseau sanguin provoquant une hémorragie, les cellules cérébrales ne reçoivent plus l’oxygène et les nutriments nécessaires à leur fonctionnement. Certaines sont endommagées et d’autres meurent. Les conséquences peuvent aller d’une paralysie récupérable dans le temps au handicap lourd et permanent, accompagné de difficultés à parler, à déglutir et à effectuer les gestes du quotidien.

Appeler le 15 dès les premiers signes

Sur les 800 000 Français qui ont subi un AVC, 500 000 en ont conservé des séquelles, dont l’étendue dépend de la zone cérébrale atteinte et de l’efficacité de la prise en charge. Si elle est rapide, celle-ci « permet de confirmer le diagnostic et de débuter très vite le traitement qui permettra de diminuer les lésions cérébrales », rappelle la Société française neuro-vasculaire dans un communiqué. D’où l’importance d’agir dès les premières manifestations : un engourdissement, une faiblesse, une paralysie brutale d’une partie ou de la moitié du corps, des difficultés à parler, des troubles de la vision, de l’équilibre, de la coordination ou de la marche, un mal de tête sévère et soudain. « Ces signes doivent alerter même s’ils sont brefs et s’ils régressent en quelques minutes, ajoute la SFNV. Devant un ou plusieurs symptômes, il faut […] appeler immédiatement le 15. »
La SFNV et France AVC précisent également que l’hypertension artérielle est le principal facteur de risque de l’accident vasculaire cérébral. Actuellement, 10 millions de personnes sont hypertendues en France et 50 % ignorent qu’elles le sont. « Pour cette raison, il est très important de diagnostiquer l’hypertension et de suivre son traitement », conclut la SFNV.

Source
- « Journée européenne de prévention de l’accident vasculaire cérébral », communiqué Société française neuro-vasculaire (SFNV)-France AVC, le 7 mai 2013.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS