L’automédication de plus en plus utilisée

, par  Enrique Moreira

Tandis que le chiffre d’affaires global des pharmacies continue de décroître, une enquête annuelle menée par IMS Health France rapporte qu’entre 2012 et 2013 celui de l’automédication a progressé de 2 %. Un hiver rigoureux et le déremboursement de certains médicaments auxquels les Français restent attachés seraient les deux facteurs à l’origine de la progression de ce secteur.

En octobre 2012, déjà, un sondage mettait en lumière qu’un Français sur deux s’adonnaient à l’automédication. Cette tendance, qui consiste selon la définition du Conseil de l’ordre des médecins à « utiliser hors prescription médicale des médicaments ayant reçu une autorisation de mise sur le marché », semble en plein essor. Une étude économique vient en effet confirmer le sondage. Menée entre 2012 et 2013 par l’IMS Health France, une entreprise proposant études et conseils pour les industries du médicament et les acteurs de la santé, elle montre que le marché des médicaments et des produits en vente libre a progressé.

Hiver rigoureux et déremboursement

D’une manière générale, pour le marché global des pharmacies françaises (35 milliards d’euros en mars 2013), « le chiffre d’affaires sur les médicaments avec une autorisation de mise sur le marché (AMM) a reculé de 2,6 % », note Doctissimo, dans un article consacré à l’automédication, le 27 mai. En contrepartie, les produits dits OTC (pour « over the counter », c’est-à-dire tout ce qui se trouve au-delà du comptoir du pharmacien, donc des médicaments ne nécessitant pas d’ordonnance) sont en progression de 2 %. Ils représentent désormais 15 % des ventes avec AMM.
Pour Pascal Voisin, directeur du cabinet d’études d’IMS Health, la « pathologie hivernale forte du début 2013 a tiré les ventes des antalgiques, en hausse de 8,6 % ». Ce qui signifie que pour soigner leur rhume les Français n’ont pas attendu de prescription, mais sont directement allés chercher leur traitement en pharmacie. On observe ainsi une progression de la vente d’Oscillococcinum (+ 29,4 %) ou encore du Fervex (+ 15,3 %). L’autre facteur de progression de l’automédication est le déremboursement de certains produits. « Le chiffre d’affaires pour la circulation veineuse a augmenté de 11,7 % avec le déremboursement des veinotiques en 2012 », relève Le Figaro, les 25-26 mai. Des médicaments auxquels les Français sont habitués et qu’ils recherchent malgré le coût de certains d’entre eux.

Sources
- « L’automédication utile mais pas sans risque », Tempsreel.nouvelobs.com, 3 octobre 2012.
- « L’automédication dope le chiffre d’affaires des pharmacies », Lequotidiendumedecin.fr, 24 mai 2013.
- « L’automédication plébiscitée par les Français », Le Moniteur des pharmacies, 1er juin 2013.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS