Augmentation des tarifs des médecins

, par  Vincent Portois

Qui dit 1er mai dit nouvelles réglementations. Le secteur de la santé ne déroge pas à la règle avec en premier lieu une hausse de la consultation des médecins généralistes, la première depuis 2011, passant de 23 à 25 euros. Les consultations, pour des pathologies complexes ou d’enfants jusqu’à 6 ans, sont aussi impactées dès 2017, tout comme celles des spécialistes.

Adoptée en août 2016 suite à l’accord trouvé entre le syndicat des médecins et l’assurance-maladie, et en vigueur jusqu’en 2021, la nouvelle réglementation concerne donc les médecins situés en secteur 1 (la quasi totalité) qui adhèrent au Contrat d’accès aux soins (CAS). Ils pratiqueront ainsi une augmentation de 2 euros pour chacune de leurs consultations. Mais tous les patients titulaires d’une complémentaire santé peuvent être rassurés car aucune modification n’a été engagée au niveau de la prise en charge. Le remboursement de l’Assurance maladie reste donc toujours à hauteur de 70 %, tandis que la complémentaire santé comble les 30 % restant. La consultation ne bouge pas, elle est à 100 % remboursée, même si la participation forfaitaire de 1 euro inclus dans le tarif reste toujours à la charge du patient. Par ailleurs, la consultation des enfants jusqu’à 6 ans en médecine générale augmente aussi en passant à 30 euros. En janvier 2018, les médecins spécialistes seront aussi revalorisés en cas de réaménagement de leur planning quand un rendez vous en urgence (sous 48 heures), sera demandé par un confrère généraliste. Puis en juin 2018, la consultation pour un second avis médical sera revalorisée à 50 euros.

D’autres nouveaux tarifs

Ensuite si le généraliste oriente son patient vers un spécialiste, ce dernier facturera sa consultation 30 euros au lieu de 28, et cela à partir du mois de juillet 2017. Les médecins généralistes qui souhaitaient que leurs tarifs soient égaux à ceux des médecins spécialistes n’ont donc pas obtenu gain de cause… Du côté des pathologies complexes voire très complexes, deux nouveaux tarifs de consultations ont été créés spécialement et entreront en vigueur à partir de novembre 2017. Les consultations dites complexes prennent plus de temps et demandent beaucoup de concentration. Elles recensent entre autres le diabète gestationnel, l’épilepsie ou encore celles « avec un fort enjeu de santé publique comme les examens obligatoires du nourrisson ». Le spécialiste les facturera 46 euros. Les consultations très complexes quant à elles, relatives à l’annonce d’une maladie (cancer, VIH…), au suivi d’un grand prématuré, à la mise en route d’un dossier de greffe par exemple, seront fixées à 60 euros. Au final, même avec ce genre d’augmentation, la France dispose toujours des médecins les « moins chers » d’Europe, où dans les pays avoisinant, la consultation est en moyenne à 40 euros. En attendant 2021…

Source : Caisse Nationale Assurance Maladie (Ameli.fr)

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS