Assemblée générale de la MCA : un moment fort pour la mutuelle

, par  Mutuelle complémentaire d’Alsace

Affronter les défis de demain avec force et conviction tout en préservant la protection sociale de ses adhérents, telle est l’ambition de la MCA, dont l’assemblée générale s’est tenue le 22 mai dernier à Wettolsheim (Haut-Rhin), avec un quorum de délégués largement atteint. Retour sur les temps forts de cet événement.

Le président de la MCA, Michel ­Pannequin, a ouvert l’assemblée générale de la mutuelle, qui s’est tenue le 22 mai à Wettolsheim (Haut-Rhin), en remerciant chaleureusement les délégués de leur présence en nombre et de leur participation.
Lors de la lecture de son rapport moral, il a rappelé les principales réformes en lien avec l’activité de la mutuelle et a mis l’accent sur les évolutions qui pourraient l’impacter à l’avenir, notamment :
• l’accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013, relatif à la généralisation de la ­complémentaire santé à tous les salariés ;
• les clauses de désignation, devenues clauses de recommandation, dans le cadre des négociations collectives de branche ;
• le nouveau cahier des charges des contrats responsables, qui comprendra de nouvelles contraintes de prises en charge minimales, mais également des encadrements au niveau des dépenses d’optique et de dépassements d’honoraires ;
• le dispositif d’appel d’offres destiné à sélectionner un nombre limité de contrats ouvrant droit au bénéfice de l’aide pour l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS : aide financière accordée sous condition de ressources) ;
• la contribution financière au dossier médical du médecin traitant ;
• le contrat d’accès aux soins ;
• la possibilité pour les mutuelles de pratiquer un remboursement différencié dans le cadre de réseaux de soins.

Rapport de gestion

Dans la présentation du rapport de gestion, les faits marquants de l’année 2013 ont été présentés à tour de rôle par le directeur général, Sabine Staehly, le trésorier général, Roger Poujade, et le premier vice-président, Eric Billiet.
Dans un contexte de concurrence toujours aussi vive, la MCA a su apporter des réponses performantes et adaptées aux besoins de ses adhérents : l’année 2013 est là pour en témoigner.
Le nombre d’adhérents au 31 décembre dernier, en légère inflexion par rapport à l’an passé, était de 72 054, pour 131 782 personnes protégées. Cette ­érosion inéluctable du nombre moyen de ­personnes protégées par chef de famille est engendrée par la multiplication de la mise en place de contrats collectifs obligatoires.
Forte de la répartition de ses adhérents, majoritairement issus des contrats ­collectifs (à 75 %, contre 25 % pour les contrats individuels), la MCA dispose d’un véritable atout par rapport aux autres mutuelles, qui devront quant à elles faire face à un repositionnement de leur ­portefeuille, avec le transfert des contrats individuels vers les contrats ­collectifs, à la suite de la ­généralisation de la complémentaire santé en entreprise.
Grâce à la poursuite du redressement tarifaire des contrats collectifs durant l’année 2013, les cotisations moyennes par adhérent ont progressé de 818 euros en 2012 à 861 euros en 2013, alors que les prestations moyennes ont représenté 721 euros en 2013, contre 712 euros l’an passé.
La répartition de l’ensemble des prestations de l’année 2013 n’a pas évolué de manière significative : 46 % des dépenses sont constituées par les remboursements en dentaire et en optique (voir le graphique en bas de page).
Pour la première fois depuis de nombreuses années, les dépenses liées à ces deux postes ont diminué. Les mesures d’encadrement des frais d’optique dans les contrats collectifs semblent avoir déjà porté leurs fruits. Par contre, dans un contexte où le budget des ménages est mis à rude épreuve, le reste à charge, souvent important pour les frais dentaires, dissuade malheureusement certains des adhérents à effectuer leurs soins (prothèses), ce qui expliquerait la baisse du poste dentaire.
Autre diminution : le coût des médicaments, et cela s’explique par un fléchissement des prescriptions et des économies liées aux génériques. A contrario, les dépenses d’hospitalisation et de chirurgie ont continué de croître en 2013.

Du changement en 2013

Différents moments clés ont marqué les équipes opérationnelles en 2013. Ainsi, le service commercial a été renforcé par l’arrivée, à l’automne dernier, d’un responsable commercial, Mathieu Spinner. Les chargés d’affaires spécifiquement orientés vers les entreprises ont été dotés de nouvelles compétences dans le domaine de la prévoyance pour être de véritables experts de la protection sociale au sens large. Dès le mois d’avril, le service prestations a mis en œuvre la demande de remboursement électronique facilitant et accélérant les délais de remboursement.
Autre évolution, Peggy Louis a pris les rênes du service comptabilité, qui a connu une année 2013 relativement intense, avec la mise en place de nouveaux outils pour faire face aux exigences réglementaires et fiscales.
Afin d’apporter une analyse plus fine et un pilotage des risques plus précis aux entreprises adhérentes, le service actuariat a été renforcé à la fois en ressources humaines, mais aussi en nouveaux logiciels.
Enfin, le service gestion a dû mener à terme le projet relatif à l’espace unique de paiement en euros (Sepa), générant ainsi de profondes modifications, surtout en ce qui concerne les mandats de prélèvement.
En globalité, ce sont soixante-trois collaborateurs qui ont œuvré au service des adhérents en 2013. La direction, au cours de l’assemblée générale, les a remerciés pour leur forte implication et leur professionnalisme.

Les comptes annuels

Les comptes annuels, approuvés par les délégués, font apparaître une solidité financière de la MCA, avec un excédent en 2013 de 2 998 000 euros, dont un résultat financier exceptionnel de 1 193 000 euros.
Ces résultats traduisent la prise de décisions efficientes du conseil d’administration et l’adéquation de la stratégie de la MCA à l’environnement actuel et révèlent que les efforts déployés depuis de nombreuses années ont bien fructifié.
En conclusion, l’année 2013 a apporté beaucoup de satisfactions. Dans un contexte particulièrement difficile pour l’ensemble du marché de l’assurance de personnes, la MCA, forte de sa solidité financière, de sa vigilance en matière de gestion des risques et de la motivation de ses administrateurs et de ses équipes opérationnelles, aborde l’avenir avec confiance et détermination.
Ces atouts lui permettront de renforcer ses positions et de continuer à offrir à ses adhérents des solutions de protection claires, complètes et toujours en adéquation avec leurs besoins et les évolutions qui les touchent.

Prestations par famille d’actes en 2013 GIF

 

Elections au CA

- Réélection Comme chaque année, l’assemblée générale a procédé à l’élection du tiers sortant de son conseil d’administration (CA). Ont été réélus, pour un mandat de trois ans : Catherine Goetschy, Linda Goetz, Marcel James, Paul-Henri Mazza, François Scherr, Michel Schwein et Michel Wilme.
- Nouvelle administratrice Premier mandat pour Carine Gérauld, représentant la SNCF collège Actifs, qui a été élue administratrice.
- Fin de mandat Fin de mandat pour Bernadette Grandjean, Jean-David Muller et Jean-Pierre Fetsch (lire l’encadré ci-dessous).

 

Répartition pour 100 euros de cotisation en 2013
GIF

 

Fin de mandat pour trois administrateurs
Lors de l’assemblée générale du 22 mai, le président de la MCA, Michel Pannequin, a rendu hommage à trois administrateurs, Bernadette Grandjean, Jean-David Muller et Jean-Pierre Fetsch, qui ne font désormais plus partie du conseil d’administration (CA).
- Bernadette Grandjean a été élue au conseil d’administration en 1990 et représentait la société Holcim France SAS (anciennement Ciments d’Origny). Ayant atteint la limite d’âge statutaire, elle n’a pu renouveler sa candidature au sein du CA, où elle occupait le poste de secrétaire générale depuis le 28 mai 1999. Elle était membre du bureau, de la commission du fonds social, de la commission Mutualistes MCA et de la commission des règlements mutualistes.
- Jean-David Muller a rejoint le conseil d’administration en septembre 2002 et représentait la Mutuelle artisanale et industrielle (MAI). Il a fait partie du comité d’audit et de la commission développement. Ayant atteint la limite d’âge statutaire, il n’a pu renouveler sa candidature au sein du CA.
- Jean-Pierre Fetsch n’a pas souhaité renouveler son mandat d’administrateur. Il avait été élu administrateur en septembre 2002 et représentait l’enseignement privé. Il a fait partie de la commission Mutualistes MCA. Michel Pannequin les a remerciés pour leur engagement durant toutes ces années.
JPEG De gauche à droite, Jean-David Muller, Bernadette Grandjean, le président Michel Pannequin et Jean-Pierre Fetsch.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS