Apprentissage de la propreté : comment passer de la couche au pot

, par  Vanessa Pageot-Françoise

En finir avec la couche, voilà l’objectif de tous les jeunes parents... parfois trop pressés et pressants, car les enfants ne sont pas égaux dans l’apprentissage de la propreté. Conseils pour un passage de la couche au pot en douceur et sans pleurs.

L’apprentissage de la propreté est une affaire individuelle. « Comme pour la marche ou le langage, les enfants sont tous différents, y compris au sein d’une même fratrie : on ne peut pas les comparer », explique le docteur Franceschini, secrétaire général du Syndicat national des pédiatres français. C’est entre 18 mois et 4 ans que le « déclic » va se produire. Il faut pour cela que le système nerveux qui contrôle les sphincters soit mature. Certains signes physiologiques indiquent que l’enfant est prêt : il marche, monte seul plusieurs marches ou encore reste stable assis sur un pot. Quant à la maturité psychologique, c’est à chaque parent de la juger.

Des vêtements faciles à ôter

Le délai entre l’envie de « faire pipi » et l’arrivée aux toilettes étant souvent très court, oubliez les salopettes et les pantalons trop serrés. L’idéal est d’attendre les beaux jours, où l’on peut laisser l’enfant les fesses à l’air. Et en cas d’accident, pas de drame : cela fait partie de l’apprentissage.
Le repère, pour le pipi, c’est la couche sèche d’un change à l’autre, signe que l’enfant est capable de se retenir longtemps. Vous devez alors le laisser sans couche (hormis pour la nuit, la sieste et les promenades) et lui proposer le pot régulièrement. « Ne faites pas ce que les mamans font trop souvent : lui enlever la couche, le mettre sur le pot, puis lui remettre la couche, conseille le pédiatre. On ne peut pas lui demander de faire et au pot et dans la couche ! »

Ni une punition, ni un spectacle

Pour que l’enfant s’habitue au pot, les parents peuvent l’inciter à y aller à heure fixe, après les repas par exemple. Il est inutile de l’y laisser plus de dix minutes, le pot ne doit pas être vu comme une punition. Quant à son emplacement, les toilettes sont les plus appropriées s’il y a suffisamment d’espace ; à défaut, optez pour la salle de bains. Le pot n’a pas sa place dans le salon : faire ses besoins, même pour les tout-petits, n’est pas un spectacle.

A quand le siège des toilettes ?

La demande vient souvent de l’enfant lui-même, qui a envie d’essayer les toilettes « des grands ». Prévoyez un rehausseur confortable et un petit banc ou une marche pour qu’il puisse y poser les pieds afin d’être stable. L’enfant doit se sentir en sécurité.

La peur de perdre une « partie de soi »

« Le jeune enfant n’a pas compris le système d’ingestion des aliments, de leur digestion et de tout ce processus que nous, adultes, trouvons naturel, souligne le pédiatre. Quand il fait ses selles, il a le sentiment de perdre une partie de son corps, et cela lui fait peur. Dans ce cas, il ne faut pas insister. » Il est important de bien distinguer la propreté des urines de celle de selles. Cette dernière est plus longue à acquérir, et « il n’y a pas d’inquiétude à avoir jusqu’à l’âge de 4 ans », rassure le pédiatre.

Que faire pour l’entrée à l’école si l’enfant n’est pas « propre » ?

Là encore, pas de stress : « Ces enfants vont à l’école et se retiennent dans la journée, assure le docteur Franceschini. S’ils demandent une couche pour la nuit et qu’ils y font leurs selles, pas question de les culpabiliser : il faut les laisser faire à leur rythme, le déclic viendra d’eux-mêmes. »

Propreté de nuit

Une fois la propreté de jour acquise, vous espérez supprimer complètement la couche la nuit. « Attendez qu’elle soit souvent sèche le matin pour ne plus la lui mettre le soir, à condition, au début, de vous lever la nuit pour lui faire faire pipi. » Avant de sauter le grand pas, parlez-en avec lui : il peut être effrayé de quitter cette dernière « sécurité ». Vous pouvez décider ensemble de faire des essais pendant une période de vacances, par exemple, en minimisant les éventuels accidents.

 

Apprendre à s’essuyer
A une petite fille, apprenez le bon geste pour s’essuyer, de l’avant vers l’arrière. « Spontanément, elle va faire l’inverse, constate le docteur Franceschini, secrétaire général du Syndicat national des pédiatres français. Or cela ramène les microbes vers l’avant et peut provoquer des infections urinaires. »

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS