Une application Facebook pour donner son sang

, par  Enrique Moreira

Traditionnellement, l’été est une période difficile pour la collecte du sang. Pourtant, dès la rentrée l’activité hospitalière reprend son rythme normal et le nombre de transfusions augmente en conséquence. Afin d’éviter la pénurie, en plus d’une campagne nationale pour inciter les donneurs potentiels, l’Etablissement français du sang (EFS) a lancé une application Facebook pour sensibiliser les jeunes à venir donner.

Chaque été, l’Etablissement français du sang (EFS) rappelle aux Français, vacanciers ou non, combien il est important de donner son sang. Traditionnellement, en effet, à cette époque de l’année, le nombre de dons diminue. Seulement, si les besoins restent les mêmes pendant la période estivale, à la rentrée le nombre de transfusions se fait plus important.

Une campagne nationale

Les experts estiment que chaque jour 10 000 nouveaux dons sont nécessaires pour assurer les besoins en sang des hôpitaux français. Malheureusement, les études épidémiologiques révèlent que seulement 4 % de la population autorisée à donner son sang le fait régulièrement. Et pourtant, le temps de conservation des produits sanguins est plus ou moins limité. Cela va de 5 à 42 jours selon qu’il s’agisse des globules rouges, du plasma ou des plaquettes.
En conséquence, l’EFS fonctionne en flux tendu toute l’année. Il suffit donc d’une légère baisse des dons, à cause des départs en vacances par exemple, pour que le système se dérègle. Afin d’éviter la rupture de stocks, l’Etablissement français du sang a lancé une campagne nationale de sensibilisation, autour du slogan « En vacances aussi, je donne mon sang ». Les professionnels rappellent, d’une part, que les centres permanents de dons restent ouverts toute l’année, mais que l’EFS installe en plus une multitude de sites mobiles. La liste de ces chapiteaux itinérants est disponible sur son site Internet. A Paris, par exemple, des stands sont installés sur la place d’Italie jusqu’au 23 août ou encore sur le parvis de la Défense jusqu’au 29 août.

Sensibiliser les jeunes

En plus de cette campagne nationale, l’EFS profite de la puissance des réseaux sociaux pour sensibiliser les jeunes. L’établissement s’est donc doté d’une application Facebook « Je donne, nous donnons », où les utilisateurs peuvent créer des « événements dons du sang ». L’idée est d’inciter les jeunes à planifier leur don et d’inviter leurs amis à les accompagner. Pour cela, l’EFS leur propose de choisir la date et le centre de collecte qui leur convient le mieux. Une fois « l’événement » créé, l’application Facebook propose automatiquement des activités à faire juste après le don : sortie culturelle, cinéma, restaurant pour célébrer cet acte généreux.

Pour rappel, les conditions à réunir pour donner son sang telles qu’elles figurent sur le site de l’ESF :
• être âgé de 18 à 70 ans (le premier don après 60 ans est soumis à l’appréciation du médecin de prélèvement) ;
• être muni d’une pièce d’identité avec photo ;
• être reconnu apte au don ;
• peser au moins 50 kilos ;
• avoir un taux d’hémoglobine suffisant (si vous êtes nouveau donneur ou si votre dernier don date de plus de deux ans, un dosage sera effectué) ;
• il est recommandé de s’alimenter avant un don et de bien boire après avoir fait un don.

Pour plus d’informations : Dondusang.net/

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS