Alzheimer : toujours plus de malades

, par  Delphine Delarue

D’après le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » de l’Institut national de veille sanitaire (INVS), le nombre de personnes touchées par la maladie d’Alzheimer ou par une démence apparentée pourrait atteindre les 1,4 million en France d’ici 2030.

« Un poids considérable pour la société. » C’est par ces mots que, à quelques jours de la Journée mondiale consacrée à l’alzheimer, le 21 septembre, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’Institut national de veille sanitaire (BEH-INVS) qualifie la maladie et les démences apparentées dans un état des lieux de ces pathologies en France sur la période 2007-2010. Au total, le nombre de personnes atteintes de maladie d’Alzheimer et autres démences (MAAD) en 2010 dans notre pays a été estimé, après extrapolation des données européennes et françaises par l’Inserm, entre 750 000 et 1 million, avec, selon les hypothèses, des estimations atteignant entre 1,29 et 1,40 million de malades en 2030. Des chiffres impressionnants, liés au vieillissement de la population, et qui ne restent, pour l’heure, que des projections. Les auteurs craignent cependant que l’ampleur de « l’épidémie » ne soit largement sous-estimée, puisque « seulement 50 % des patients avec une maladie d’Alzheimer ou une démence associée sont repérées par le système de santé », notent-ils. En effet, il se passe souvent des années entre l’apparition des premiers symptômes et le diagnostic.

54 000 patients décédés en 2010

Concrètement, en 2008, les MAAD représentaient la quatrième cause de décès, après les tumeurs, les pathologies cardiovasculaires et les accidents, avec, précise l’étude, une progression de 71,8 % depuis 2000. En 2010, plus de 316 000 personnes étaient déclarées en affection de longue durée (ALD) auprès de l’Assurance maladie pour un alzheimer ou une démence apparentée. Cette année-là, près de 230 000 malades ont été hospitalisés au moins une fois, pour un total de plus de 340 000 séjours hospitaliers, et plus de 54 000 patients sont décédés.
Second constat, après l’ampleur inquiétante de ces maladies : les MAAD touchent deux fois plus les femmes que les hommes. Parmi les personnes en ALD pour ces pathologies, 73 % sont des femmes : « L’étude a confirmé la prédominance féminine de ces pathologies, en particuliers aux âges avancés, avec un sexe-ratio femmes-hommes proche de deux pour les hospitalisations et supérieur à deux autrement (décès, nombre de malades, NDLR) », notent les auteurs. Face à l’ampleur du phénomène, le président Hollande devrait élargir le plan Alzheimer, dont les grandes lignes seront dévoilées le 21 septembre, à d’autres maladies neurodégénératives.

Sources
- « Maladie d’Alzheimer et démences apparentées : taux d’ALD, de patients hospitalisés et de mortalité en France métropolitaine, 2007 et 2010 », Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) n° 30, Institut national de veille sanitaire (INVS), 10 septembre 2013.
- « Alzheimer, les femmes deux fois plus touchées que les hommes », Afsané Sabouhi, Nouvelobs.com, 10 septembre 2013.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS