Alzheimer : toujours plus de malades

, par  Delphine Delarue

D’après le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » de l’Institut national de veille sanitaire (INVS), le nombre de personnes touchées par la maladie d’Alzheimer ou par une démence apparentée pourrait atteindre les 1,4 million en France d’ici 2030.

« Un poids considérable pour la société. » C’est par ces mots que, à quelques jours de la Journée mondiale consacrée à l’alzheimer, le 21 septembre, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’Institut national de veille sanitaire (BEH-INVS) qualifie la maladie et les démences apparentées dans un état des lieux de ces pathologies en France sur la période 2007-2010. Au total, le nombre de personnes atteintes de maladie d’Alzheimer et autres démences (MAAD) en 2010 dans notre pays a été estimé, après extrapolation des données européennes et françaises par l’Inserm, entre 750 000 et 1 million, avec, selon les hypothèses, des estimations atteignant entre 1,29 et 1,40 million de malades en 2030. Des chiffres impressionnants, liés au vieillissement de la population, et qui ne restent, pour l’heure, que des projections. Les auteurs craignent cependant que l’ampleur de « l’épidémie » ne soit largement sous-estimée, puisque « seulement 50 % des patients avec une maladie d’Alzheimer ou une démence associée sont repérées par le système de santé », notent-ils. En effet, il se passe souvent des années entre l’apparition des premiers symptômes et le diagnostic.

54 000 patients décédés en 2010

Concrètement, en 2008, les MAAD représentaient la quatrième cause de décès, après les tumeurs, les pathologies cardiovasculaires et les accidents, avec, précise l’étude, une progression de 71,8 % depuis 2000. En 2010, plus de 316 000 personnes étaient déclarées en affection de longue durée (ALD) auprès de l’Assurance maladie pour un alzheimer ou une démence apparentée. Cette année-là, près de 230 000 malades ont été hospitalisés au moins une fois, pour un total de plus de 340 000 séjours hospitaliers, et plus de 54 000 patients sont décédés.
Second constat, après l’ampleur inquiétante de ces maladies : les MAAD touchent deux fois plus les femmes que les hommes. Parmi les personnes en ALD pour ces pathologies, 73 % sont des femmes : « L’étude a confirmé la prédominance féminine de ces pathologies, en particuliers aux âges avancés, avec un sexe-ratio femmes-hommes proche de deux pour les hospitalisations et supérieur à deux autrement (décès, nombre de malades, NDLR) », notent les auteurs. Face à l’ampleur du phénomène, le président Hollande devrait élargir le plan Alzheimer, dont les grandes lignes seront dévoilées le 21 septembre, à d’autres maladies neurodégénératives.

Sources
- « Maladie d’Alzheimer et démences apparentées : taux d’ALD, de patients hospitalisés et de mortalité en France métropolitaine, 2007 et 2010 », Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) n° 30, Institut national de veille sanitaire (INVS), 10 septembre 2013.
- « Alzheimer, les femmes deux fois plus touchées que les hommes », Afsané Sabouhi, Nouvelobs.com, 10 septembre 2013.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS