Alimentation : une campagne pour adopter les bonnes habitudes

, par  Léa Vandeputte

Santé publique France communique pendant un mois sur les nouvelles recommandations nutritionnelles. L’objectif est d’encourager les Français à bien manger pour préserver leur santé.

Le mardi 22 octobre 2019, Santé publique France a lancé une nouvelle campagne nationale d’information autour des habitudes alimentaires. Pendant un mois, à la télévision, sur les réseaux sociaux et sur le site Mangerbouger.fr, l’agence de santé va diffuser les nouvelles recommandations nutritionnelles pour les adultes, mises à jour en janvier dernier.

Changer progressivement

Avec cette communication, Santé publique France veut « inviter les Français à modifier leurs habitudes pas à pas, sans renoncer au plaisir de manger ». Aller vers une alimentation et un mode de vie plus équilibré et plus sain est capital pour l’agence qui rappelle : « en France, la situation nutritionnelle est marquée par de fortes disparités sociales et près de la moitié des adultes est en surpoids, dont 17 % obèses ». Le slogan de la campagne, « Commencez par améliorer un plat que vous aimez déjà », encourage ainsi à prendre en compte petit à petit les nouvelles recommandations. « Améliorer son alimentation commence par de petites actions : manger des légumes secs plus souvent et remplacer ses féculents habituels par des féculents complets, riches en fibres, sont deux mesures simples et pourtant très positives pour la santé », constate Anne-Juliette Serry, responsable de l’unité alimentation et activités physiques à Santé publique France.

Des recommandations plus simples à suivre

Fondées sur les dernières études scientifiques, les nouvelles consignes alimentaires ont été simplifiées et regroupées en trois catégories :
• Augmenter : sa consommation de fruits et légumes, de légumes secs et de fruits à coque non salés, son activité physique et le « fait maison ».
• Aller vers : les aliments bio, de saison, ou produits localement, une consommation en alternance de poissons gras et maigre, une consommation suffisante mais limitée de produits laitiers, des féculents complets, de l’huile de colza et de noix riche en oméga 3 et de l’huile d’olive.
• Réduire : la viande, la charcuterie, l’alcool, les produits et les boissons sucrés, les produits salés, les produits avec un Nutri-Score D et E, le temps passé assis.
Parmi ces dernières, deux sont particulièrement mises en avant dans la campagne : manger plus de légumes secs et préférer les féculents complets. Ces deux types d’aliments sont « particulièrement intéressants pour leurs qualités nutritionnelles et leur accessibilité économique », indique Santé publique France. Et pourtant, « ils ne sont pas assez présents dans les assiettes des Français : 60 % des adultes ne mangent pas de produits céréaliers complets, et 85 % ne satisfont pas la recommandation concernant les légumes secs, à savoir en consommer deux fois par semaine », regrette l’agence.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)