Aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) : ce que la réforme modifie

, par  Avenir Mutuelle

La nouvelle réglementation relative à l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) ­s’applique depuis le 1er juillet 2015. Elle implique des changements pour les adhérents bénéficiaires de ce dispositif.

L’ACS est un dispositif qui a été mis en place en 2005 pour favoriser l’adhésion à une complémentaire santé des personnes ayant un revenu au-dessus (35 %) du plafond de l’éligibilité à la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC). Elle doit être demandée à la caisse primaire d’Assurance maladie de rattachement. Cette aide permet de financer une complémentaire santé grâce à une réduction de la cotisation, matérialisée par une attestation-chèque, dont le montant varie en fonction du nombre de bénéficiaires composant le foyer et de leur âge (de 100 euros pour les moins de 16 ans à 550 euros pour les 60 ans et plus). La nouvelle réforme impose la conclusion d’un contrat labellisé par l’Etat.

Une offre avantageuse

A la date de renouvellement du droit à l’ACS, Avenir Mutuelle ne peut dès lors continuer à garantir ses adhérents bénéficiant de ce dispositif, mais elle les invite à souscrire une offre (dénommée Accès santé) validée par les pouvoirs publics, au travers de l’association ACS-P et proposée par EoviMcd mutuelle, un partenaire mutualiste présent à l’échelle nationale.
L’offre Accès santé offre de très nombreux avantages, tels que trois niveaux de garantie, une couverture complète et responsable sur tous les postes de soins utiles (hospitalisation, soins courants, dentaire, optique), des renforts en optique et en dentaire notamment, aucun délai d’attente quelle que soit la garantie choisie et une carte de tiers payant évitant d’avancer les frais auprès des professionnels de santé.

Contactez vos conseillers en agence ou par téléphone : à Paris, 01 42 33 21 31 ; à Belfort, 0 805 65 3000 ; à Lons-le-Saunier, 03 84 43 09 43.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS