Aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) : ce que la réforme modifie

, par  Avenir Mutuelle

La nouvelle réglementation relative à l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) ­s’applique depuis le 1er juillet 2015. Elle implique des changements pour les adhérents bénéficiaires de ce dispositif.

L’ACS est un dispositif qui a été mis en place en 2005 pour favoriser l’adhésion à une complémentaire santé des personnes ayant un revenu au-dessus (35 %) du plafond de l’éligibilité à la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC). Elle doit être demandée à la caisse primaire d’Assurance maladie de rattachement. Cette aide permet de financer une complémentaire santé grâce à une réduction de la cotisation, matérialisée par une attestation-chèque, dont le montant varie en fonction du nombre de bénéficiaires composant le foyer et de leur âge (de 100 euros pour les moins de 16 ans à 550 euros pour les 60 ans et plus). La nouvelle réforme impose la conclusion d’un contrat labellisé par l’Etat.

Une offre avantageuse

A la date de renouvellement du droit à l’ACS, Avenir Mutuelle ne peut dès lors continuer à garantir ses adhérents bénéficiant de ce dispositif, mais elle les invite à souscrire une offre (dénommée Accès santé) validée par les pouvoirs publics, au travers de l’association ACS-P et proposée par EoviMcd mutuelle, un partenaire mutualiste présent à l’échelle nationale.
L’offre Accès santé offre de très nombreux avantages, tels que trois niveaux de garantie, une couverture complète et responsable sur tous les postes de soins utiles (hospitalisation, soins courants, dentaire, optique), des renforts en optique et en dentaire notamment, aucun délai d’attente quelle que soit la garantie choisie et une carte de tiers payant évitant d’avancer les frais auprès des professionnels de santé.

Contactez vos conseillers en agence ou par téléphone : à Paris, 01 42 33 21 31 ; à Belfort, 0 805 65 3000 ; à Lons-le-Saunier, 03 84 43 09 43.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

ARTICLES RÉCENTS