AG 2013 de la Mucs : ce qui change

, par  Mutuelle Mucs

Le 21 mai dernier, la trentaine de délégués et d’administrateurs de la Mucs se réunissaient pour la première assemblée générale suivant l’élection de la nouvelle équipe d’administrateurs présidée par Jacques Landriot. Les projets et réalisations de modernisation de la mutuelle ont été au centre des débats. L’ampleur des changements engagés conduit à en restituer ici trois points clés.

Une communication rajeunie

Avec le plan de communication bâti par la commission Communication constituée à l’automne 2012, c’est d’abord l’information aux adhérents de la mutuelle qui se modernise. Après la diffusion d’un mode d’emploi de la carte mutualiste, l’accès, depuis le site de la Mucs, à l’espace adhérent Mutagora permet maintenant à chaque adhérent la consultation de son compte et de son dossier.
Par ailleurs, le site de la mutuelle va présenter un visuel modernisé et des flashs infos réguliers relatant les points essentiels de son actualité. Et comme l’inaugure ce numéro de Mutualistes, chaque adhérent recevra tous les trimestres un exemplaire de ce magazine pour ne rien ignorer de l’actualité de la Mucs ni de celle du mouvement mutualiste et du monde de la santé.
Ce mois d’octobre marque aussi le lancement de débats semestriels organisés à l’initiative de la Mucs pour aborder les enjeux majeurs de la protection santé avec des leaders d’opinion et des experts reconnus. Ils devraient permettre à la mutuelle de se positionner à la pointe de challenges ­collectifs en matière de prévention et de faire entendre les attentes de ses adhérents.
Parallèlement, l’image de la Mucs connaît une sérieuse cure de jouvence, avec notamment l’adoption d’un nouveau logo et d’une nouvelle signature : « Votre santé, Notre engagement ! ».

L’ouverture à de nouveaux adhérents

Les échanges engagés, lors du dernier Congrès national des Scop, avec des salariés de coopé­ratives sur leurs attentes en matière de complémentaire santé ont abouti au développement de deux nouvelles offres : le contrat PME Scop et le contrat Retraité Scop.
A côté de ces offres « standard », notre mutuelle s’est dotée de moyens lui permettant de proposer des formules « sur mesure ». Ainsi, forte d’une formation actualisée de tarification mutualiste, l’équipe de la Mucs propose désormais des contrats qui écartent les solutions illusoires de santé bradée et, au contraire, organisent au prix le plus juste une solidarité du risque santé réellement garantie dans le temps. Ces contrats ont été proposés dès fin 2012 à quatre nouvelles sociétés adhérentes.
Au cours du premier semestre 2013, une ambitieuse campagne d’adhésion a débuté avec la mise en place d’une fonction commerciale, démultipliant la possibilité d’adapter sur mesure la couverture santé de chaque société d’un effectif supérieur à trente salariés.

Une exigence de pilotage partagé de la mutuelle

Parce que le monde mutualiste de la complémentaire santé est soumis à des pressions toujours plus fortes, le respect des valeurs qui sont les siennes conduit la Mucs à évoluer. Notre mutuelle ambitionne ainsi de tripler son nombre d’adhérents d’ici à 2015, pour continuer à limiter le niveau des cotisations tout en élargissant l’éventail des frais de santé pris en charge.
A cet égard, et à la différence de beaucoup de ses concurrents, la Mucs s’honore de maintenir en 2013 les cotisations à leur niveau actuel (hors relèvement du plafond de la Sécurité sociale), et donc de ne pas répercuter l’important relèvement des taxes sur les mutuelles.
Cette évolution doit toutefois s’accompagner d’un effort de modernisation et de rigueur gestionnaire accrue. A cet effet, des « pôles de compétences élus-­permanents » ont été constitués en lien avec des commissions ouvertes. Leur énumération ici, avec le nom des élus référents, est une invitation à les contacter pour toute question, critique ou suggestion : ­Stratégie et Partenariats (Jacques Landriot), ­Gestion des sociétés clientes (Rija Rakotoarivony), Gestion des adhérents (Claire Biot), Développement commercial et Communication (Michel Porta), Exper­tises et Reporting institutionnel (Rija Rakotoarivony et Michel Porta), Immobilier (Jean-Michel Baglain), Fonds social (Liliane Blondeau).

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS