A Durbon, bientôt une « zone blanche » pour les électro-hypersensibles ?

, par  Aliisa Waltari

En France, il y aurait cent soixante localités ne disposant d’aucune couverture mobile et plus de deux mille dans lesquelles la connexion Internet sur smartphone (3G) est impossible. C’est dans ces territoires, pour l’essentiel situés en secteur rural isolé (Ardèche, Ariège, Drôme…), que se réfugient les électro-hypersensibles (EHS) souhaitant échapper aux ondes de la téléphonie mobile ou du wi-fi. Regroupés en associations, certains militent même pour la création de « zones blanches » d’accueil structurées et réservées aux EHS, des espaces de vie sans ondes (ou très peu) que les opérateurs s’engageraient à préserver. C’est notamment le cas avec le projet du site de la Chartreuse à Durbon, un hameau de la commune de Saint-Julien-en-Beauchêne (Hautes-Alpes). Suivie par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), soutenue par la députée européenne Michèle Rivasi et portée par les associations Une terre pour les EHS, Robin des toits et Evaléco, cette initiative pourrait bientôt voir le jour, à condition de décrocher le marché public de gestion du site, qui appartient à la caisse d’allocations familiales (CAF) des Bouches-du-Rhône. La Chartreuse deviendrait alors la toute première zone blanche expérimentale de France.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS