Une nouvelle campagne de prévention des IST sur le Web

, par  Mathilde Leroy

A l’approche de l’été, période propice aux rencontres, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé lance une nouvelle campagne d’information sur les infections sexuellement transmissibles (IST). Objectif : installer le « réflexe dépistage » chez les 15-30 ans.

Actuellement en recrudescence, les infections sexuellement transmissibles (IST) comme les gonocoques, la syphilis, les chlamydiæ ou l’hépatite B touchent chaque année plusieurs milliers de personnes en France. Certaines de ces pathologies ont la particularité de ne provoquer aucun symptôme ou très peu : on peut être atteint sans se sentir malade. Une caractéristique qui favorise malheureusement leur transmission à l’insu des personnes porteuses. Alors pour encourager la population à se faire dépister, en particulier les 15-30 ans, qui sont les plus exposés, et à l’approche de l’été, période propice aux rencontres, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) vient de lancer une campagne de prévention diffusée jusqu’à fin juillet sur le Web et sur les réseaux sociaux (Facebook, Dailymotion, Youtube).

Interviews d’IST

Composée d’un site Internet dédié (www.info-ist.fr), d’un spot vidéo, d’interviews de personnages représentant les IST et de bannières promotionnelles, cette campagne décalée qui ne manque pas d’humour a pour objectif d’installer le « réflexe dépistage ». D’autant que plus tôt l’infection est détectée, moins il y a de complications. Dans la plupart des cas, les traitements proposés sont efficaces et peu contraignants. Pour se faire dépister, il suffit de se rendre dans un centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) ou dans un centre d’information, de dépistage et de diagnostic des infections sexuellement transmissibles (CIDDIST)*.

* Renseignements supplémentaires sur le site www.info-ist.fr.

 

Source
- Communiqué « Des milliers de gens sont porteurs d’une IST sans le savoir, faites-vous dépister », Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, 30 juin 2011.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)