Une nouvelle campagne de prévention des IST sur le Web

, par  Mathilde Leroy

A l’approche de l’été, période propice aux rencontres, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé lance une nouvelle campagne d’information sur les infections sexuellement transmissibles (IST). Objectif : installer le « réflexe dépistage » chez les 15-30 ans.

Actuellement en recrudescence, les infections sexuellement transmissibles (IST) comme les gonocoques, la syphilis, les chlamydiæ ou l’hépatite B touchent chaque année plusieurs milliers de personnes en France. Certaines de ces pathologies ont la particularité de ne provoquer aucun symptôme ou très peu : on peut être atteint sans se sentir malade. Une caractéristique qui favorise malheureusement leur transmission à l’insu des personnes porteuses. Alors pour encourager la population à se faire dépister, en particulier les 15-30 ans, qui sont les plus exposés, et à l’approche de l’été, période propice aux rencontres, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) vient de lancer une campagne de prévention diffusée jusqu’à fin juillet sur le Web et sur les réseaux sociaux (Facebook, Dailymotion, Youtube).

Interviews d’IST

Composée d’un site Internet dédié (www.info-ist.fr), d’un spot vidéo, d’interviews de personnages représentant les IST et de bannières promotionnelles, cette campagne décalée qui ne manque pas d’humour a pour objectif d’installer le « réflexe dépistage ». D’autant que plus tôt l’infection est détectée, moins il y a de complications. Dans la plupart des cas, les traitements proposés sont efficaces et peu contraignants. Pour se faire dépister, il suffit de se rendre dans un centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) ou dans un centre d’information, de dépistage et de diagnostic des infections sexuellement transmissibles (CIDDIST)*.

* Renseignements supplémentaires sur le site www.info-ist.fr.

 

Source
- Communiqué « Des milliers de gens sont porteurs d’une IST sans le savoir, faites-vous dépister », Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, 30 juin 2011.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS