Une nouvelle campagne de prévention des IST sur le Web

, par  Mathilde Leroy

A l’approche de l’été, période propice aux rencontres, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé lance une nouvelle campagne d’information sur les infections sexuellement transmissibles (IST). Objectif : installer le « réflexe dépistage » chez les 15-30 ans.

Actuellement en recrudescence, les infections sexuellement transmissibles (IST) comme les gonocoques, la syphilis, les chlamydiæ ou l’hépatite B touchent chaque année plusieurs milliers de personnes en France. Certaines de ces pathologies ont la particularité de ne provoquer aucun symptôme ou très peu : on peut être atteint sans se sentir malade. Une caractéristique qui favorise malheureusement leur transmission à l’insu des personnes porteuses. Alors pour encourager la population à se faire dépister, en particulier les 15-30 ans, qui sont les plus exposés, et à l’approche de l’été, période propice aux rencontres, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) vient de lancer une campagne de prévention diffusée jusqu’à fin juillet sur le Web et sur les réseaux sociaux (Facebook, Dailymotion, Youtube).

Interviews d’IST

Composée d’un site Internet dédié (www.info-ist.fr), d’un spot vidéo, d’interviews de personnages représentant les IST et de bannières promotionnelles, cette campagne décalée qui ne manque pas d’humour a pour objectif d’installer le « réflexe dépistage ». D’autant que plus tôt l’infection est détectée, moins il y a de complications. Dans la plupart des cas, les traitements proposés sont efficaces et peu contraignants. Pour se faire dépister, il suffit de se rendre dans un centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) ou dans un centre d’information, de dépistage et de diagnostic des infections sexuellement transmissibles (CIDDIST)*.

* Renseignements supplémentaires sur le site www.info-ist.fr.

 

Source
- Communiqué « Des milliers de gens sont porteurs d’une IST sans le savoir, faites-vous dépister », Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, 30 juin 2011.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS