Une lentille de nuit pour bien voir de jour

, par  Patricia Riveccio

Les lentilles, qui ont elles aussi beaucoup progressé, corrigent la myopie (dans 80 %
des cas), l’astigmatisme, l’hypermétropie et la presbytie (grâce aux lentilles progressives), y compris lorsque ces troubles sont associés. Et grâce à de nouvelles lentilles
dont la géométrie a été conçue pour aplatir la partie centrale de la cornée, il est même possible de se «  débarrasser  » de sa myopie en dormant ! Portées durant le sommeil
(elles sont fines et flexibles, donc confortables), elles remodèlent la cornée progressivement (une bonne vision est obtenue après deux ou trois nuits, en moyenne) et permettent ainsi de corriger la myopie ou l’astigmatisme de façon provisoire
(l’effet est réversible à l’arrêt du port nocturne). Une solution alternative pour les myopes (myopie inférieure à 4 dioptries) qui ne souhaitent pas porter de lunettes ou de lentilles durant la journée, mais qui hésitent à se faire opérer.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)