Une campagne de prévention pour réduire la fréquence des AVC

, par  Delphine Delarue

Le ministère chargé de la Santé, l’INPES et la Société française neuro-vasculaire (SFNV) viennent de lancer une campagne d’information afin de limiter l’incidence des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la gravité des séquelles qu’ils induisent.

La IXe Journée mondiale de l’accident vasculaire cérébral (AVC), qui a eu lieu le 29 octobre, a été l’occasion pour le ministère chargé de la Santé et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) de s’associer à la Société française neuro-vasculaire (SFNV) pour le lancement d’une grande campagne de prévention. Objectif : informer et mobiliser le grand public afin de réduire la fréquence et la gravité des séquelles des AVC. Cette journée a également permis au ministère de rappeler les mesures contenues dans son plan AVC 2010-2014, comme la création d’unités neuro-vasculaires (140 sites prévus en 2014) ou le renforcement de la télémédecine pour garantir une prise en charge optimale des patients sur tout le territoire.

150 000 victimes par an

Troisième cause de mortalité en France, après les cancers et les infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux (ou attaques cérébrales) sont causés par l’obstruction ou la rupture d’un vaisseau qui conduit le sang, et donc l’oxygène, au cerveau. Chaque année, ils touchent 150 000 personnes et provoquent 60 000 décès. Les AVC sont aussi les premiers responsables du handicap acquis de l’adulte et la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer.
En matière d’AVC, chaque minute compte : plus la prise en charge est rapide, plus la mortalité diminue, et moins les séquelles de l’accident seront importantes. Il faut savoir que celles-ci peuvent être graves et entraîner par exemple des difficultés à parler ou à écrire, des troubles de la mémoire, une paralysie de la moitié du corps...

Contrôler l’hypertension

Composée d’une affiche diffusée dans les pharmacies, les cafés, les hôtels et les restaurants du 31 octobre au 27 novembre, la campagne de la SFNV explique que l’hypertension artérielle est le premier facteur de risque des AVC, d’où l’importance de la faire contrôler régulièrement. Mais ce n’est pas tout : le tabagisme, l’hypercholestérolémie, le diabète, l’alcoolisme chronique et les contraceptifs oraux peuvent aussi contribuer à la survenue d’une attaque cérébrale.
Bien que pour la plupart des gens il n’y ait pas de signes précurseurs d’une crise, une faiblesse brutale ressentie d’un côté du corps doit être prise au sérieux : il ne faut pas attendre pour composer le 15. D’autres signes peuvent aussi alerter : une perte de conscience, d’équilibre ou de sensibilité, des étourdissements, des difficultés soudaines à s’exprimer ou à comprendre, une diminution brutale de la vision d’un œil, un mal de tête exceptionnellement intense accompagné parfois de vomissements.

Sources
- Communiqué « Journée mondiale de l’AVC : sensibiliser pour une meilleure prévention », ministère en charge de la Santé, 28 octobre 2011.
- Communiqué « Journée mondiale de l’accident vasculaire cérébral » (AVC), INPES 28octobre 2011.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS