Une alimentation anti-stress

, par  Isabelle Delaleu

Un corps bien nourri gère mieux le stress : rééquilibrez votre alimentation !

- > A éviter
• Le grignotage : 60 % des femmes avouent grignoter sous l’effet du stress, généralement des aliments sucrés, à rôle consolateur et calmant (d’autant que le sucre aide le magnésium à entrer dans les cellules). Malheureusement, l’effet satisfaisant est de courte durée et le rebond, lui, est pervers : hypoglycémie, maux de tête, prise de poids, grignotages compulsifs déséquilibrant lourdement l’alimentation...

- > A limiter
• Le café : quand la fatigue s’accumule, il donne un coup de fouet et aide à se concentrer, mais à forte dose il accélère le rythme cardiaque (déjà élevé sous l’effet du stress), pouvant occasionner des palpitations, des sensations de malaise physique… Et ce sera pire s’il est sucré.

- > A privilégier
• Les aliments riches en magnésium : le manque de magnésium entraîne une augmentation de la production d’adrénaline, une hormone impliquée dans les réactions de l’organisme aux situations de stress. Mieux vaut donc « faire le plein » au quotidien, en consommant du chocolat (noir) ou des fruits oléagineux, en buvant une eau fortement dosée (Hépar, Contrex, Badoit, Quézac) et en mettant au menu des céréales complètes et des légumineuses. En période de stress intense, n’hésitez pas à vous complémenter en associant le magnésium à de la vitamine B6 (indispensable au système nerveux et impliquée dans la fabrication de substances naturelles anti-stress) et à de la silice, qui facilite son entrée dans les cellules.
• Les aliments riches en (bons) acides gras : il ne s’agit pas de se gaver de chips, mais au contraire de booster son assiette en acides gras oméga 3, qui participent au travail cérébral, protègent contre la déprime et exercent une action bénéfique sur l’état émotionnel en stabilisant l’humeur face aux tensions extérieures. Augmentez votre dose de poissons gras (thon, saumon, sardine, hareng, maquereau…), utilisez de l’huile de colza ou de noix et, en cas de stress intense, prenez des oméga 3 en complément alimentaire. Les fruits oléagineux sont aussi une bonne façon d’augmenter vos apports.
• Les bons nutriments : les fibres alimentaires (fruits, légumes, céréales complètes, légumineuses) évitent les coups de pompe, facilitent la digestion et améliorent le transit. Les sucres de bonne qualité, dits à index glycémique bas (pâtes, pain complet, céréales complètes, féculents, légumineuses…) apportent une énergie durable. Enfin, les protéines (poisson, volaille ou viande) chassent la fatigue et ont un effet rassasiant longue durée.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)