Un guide gratuit pour les hypertendus

, par  Enrique Moreira

Le 18 décembre, à l’occasion de la Journée de lutte contre l’hypertension artérielle (HTA), une maladie qui touche près de 12 millions d’adultes, le Comité français de lutte contre l’HTA a publié un petit guide gratuit, à télécharger sur son site Internet. Il a également lancé un appel à ne pas banaliser cette affection cardiovasculaire, qui peut être à l’origine d’infarctus et d’attaque cérébrale.

« Ne la banalisons pas ! », c’est le cri du cœur du Comité français de lutte contre l’hypertension artérielle (CFLHTA), qui vient d’éditer sur son site Internet un petit guide, téléchargeable gratuitement, intitulé Hypertendus : suivez le guide !. Aujourd’hui, 30 % des adultes de plus de 35 ans souffrent de cette maladie chronique, c’est-à-dire environ 11,4 millions de personnes, contre 8,2 millions il y a dix ans. L’objectif de cette campagne est de leur rappeler l’importance de bien surveiller leur pression artérielle.

La règle des trois

Pour cela, il existe l’automesure, et si 7 millions de Français sont équipés d’un appareil, ils sont seulement 2 % à bien faire leurs relevés. D’où l’utilité de ce guide, qui rappelle notamment la règle des trois, trop souvent négligée : bien prendre trois mesures consécutives le matin, entre le lever et le petit déjeuner, à quelques minutes d’intervalles, puis trois mesures le soir, entre le dîner et le coucher, et, enfin, faire deux séries de mesures trois jours de suite la semaine précédant la consultation. Le but de ces mesures est autant d’évaluer l’efficacité du traitement que de confirmer le diagnostic du médecin et d’éviter ainsi le fameux effet « blouse blanche » : la tension artérielle monte sous le coup du stress et de l’émotion lors de la visite chez le docteur.

Une alimentation équilibrée

L’occasion aussi, pour le CFLHTA, de rappeler quelques recommandations qui permettent de limiter l’hypertension. S’il est nécessaire pour tout le monde d’avoir une alimentation équilibrée, ça l’est particulièrement chez les hypertendus. Il leur faut par exemple éviter le sel et la viande rouge et plutôt favoriser les fruits et les légumes, qui abaissent la pression artérielle. A bannir aussi : l’alcool, les sodas et les cigarettes. Pratiquer un exercice modéré, comme la marche, et bien dormir sont par ailleurs vivement recommandés. Enfin, une chose qui paraît simple comme bonjour, mais qui n’est pas forcément évidente pour tous : bien suivre son traitement. Une étude révèle en effet que seuls 54 % des malades le font parfaitement. Les autres non, souvent par manque de moyens, car si 72 % des hypertendus sont encore pris en charge à 100 % (dont 50 % grâce à leur complémentaire), 21 % déclarent avoir déjà renoncé à leur traitement pour une raison financière. Rappelons que, depuis juin 2011, la Sécurité sociale ne prend plus en charge à 100 % l’HTA.

Source
- « Les dix conseils aux hypertendus et à leurs familles », publié sur le site du CFLHTA : Comitehta.org.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)