Tuberculose : une campagne de dépistage en Seine-Saint-Denis

, par  Mathilde Leroy

A Clichy-sous-Bois, les habitants du quartier du Chêne-Pointu, particulièrement touché par la maladie ces derniers mois, sont invités à se faire dépister gratuitement jusqu’au 14 octobre.

Suite aux déclarations ces derniers mois de 23 cas de tuberculose, dont 12 enfants âgés de moins de 15 ans, et de 40 cas d’infection tuberculeuse latente (ITL) dans le quartier du Chêne-Pointu à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), les autorités sanitaires ont décidé de mettre en place une vaste campagne de dépistage gratuit sur la zone. Organisée par l’agence régionale de santé (ARS), cette opération exceptionnelle a débuté mercredi 28 septembre et se déroulera jusqu’au 14 octobre. Les 5 000 à 6 000 personnes concernées seront appelées par courrier à venir se faire dépister (consultation médicale et radiographie des poumons) au gymnase ou au groupe scolaire Paul-Vaillant-Couturier. L’objectif est d’identifier d’autres personnes atteintes de la maladie ou celles ayant été infectées, mais sans avoir encore déclaré la maladie (ITL), afin de pouvoir les soigner et de limiter la transmission de la maladie.

Une maladie encore d’actualité

Comme le souligne l’ARS dans un communiqué, la tuberculose est encore d’actualité. En 2009, 5 276 malades ont été recensés en France, dont 1 848 en Ile-de-France et 460 en Seine-Saint-Denis. Avec 30,3 cas pour 100 000 habitants, ce département détient le taux d’incidence le plus élevé du pays. La vaccination au BCG des enfants de moins de 15 ans y est fortement conseillée, tout comme à Paris et en Guyane, alors qu’elle n’est plus obligatoire en France depuis 2007. La couverture vaccinale est d’ailleurs bonne (98,5 % de taux de couverture à l’école maternelle). Au quartier du Chêne-Pointu, ce serait plutôt le pays d’origine des habitants, les conditions de vie insalubres et la précarité qui expliqueraient en partie la situation.
Heureusement, cette maladie infectieuse (bacille de Koch) et contagieuse, souvent liée à des conditions de vie insalubres et qui se manifeste par de la fièvre, un amaigrissement, des sueurs nocturnes, de la fatigue, une toux persistante et parfois une expectoration avec du sang, se guérit très bien si elle est détectée précocement et à condition que le traitement d’antibiotiques soit bien observé sur la durée (six mois). Précisons que ce traitement est pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale.

Source
- Dossier de presse « Politique de lutte contre la tuberculose en Ile-de-France, point sur l’opération de dépistage organisée à Clichy-sous-Bois », ARS Ile-de-France, septembre 2011.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)