Traiter l’infertilité masculine

, par  Julien Jeffredo

Sur deux couples qui consultent pour une infertilité masculine, un seul réussira à avoir un enfant. C’est le résultat d’une étude menée pendant quatre ans au centre de stérilité masculine de Toulouse. Une aide médicale peut permettre de procréer, à condition de consulter le plus tôt possible.

On connaît l’infertilité féminine, ainsi que les solutions de substitution permettant aux couples d’avoir malgré tout un enfant. C’est ce que l’on appelle la procréation médicale assistée (PMA), qui recoupe notamment la fécondation in vitro, l’insémination artificielle et la congélation d’ovaire ou d’embryons. Ce que l’on sait moins, c’est que l’infertilité d’un couple vient aussi souvent de l’homme que de la femme.

Un problème résolu une fois sur deux

Cette infertilité masculine, une étude française publiée récemment par la revue Human Reproduction s’y intéresse en détail. Plus de 1 100 couples ayant consulté au centre de stérilité masculine de Toulouse entre 2000 et 2004 ont été interrogés. Le résultat le plus marquant est que seuls 55 % d’entre eux sont devenus parents. Naturelle dans 16 % des cas, la grossesse a été rendue possible dans 32 % des cas grâce à une PMA et dans 8 % des cas grâce à une intervention chirurgicale ou à un traitement médical.

Horloge biologique : les hommes aussi

Autre enseignement de cette étude : à l’instar des femmes, les hommes voient leur fertilité, mais aussi l’efficacité des traitements contre l’infertilité, diminuer avec le temps. Là encore, l’âge de 35 ans marque une rupture. Ne pas tarder à consulter, c’est s’assurer de plus grandes chances de procréer. S’ils consultent avant cet âge, 64 % des patients finiront par avoir un enfant. Après, ils ne sont plus que 31 %…
Les difficultés de procréation sont de plus en plus courantes dans les pays industrialisés. En France, un couple sur sept consulte pour infertilité.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS