Traiter l’infertilité masculine

, par  Julien Jeffredo

Sur deux couples qui consultent pour une infertilité masculine, un seul réussira à avoir un enfant. C’est le résultat d’une étude menée pendant quatre ans au centre de stérilité masculine de Toulouse. Une aide médicale peut permettre de procréer, à condition de consulter le plus tôt possible.

On connaît l’infertilité féminine, ainsi que les solutions de substitution permettant aux couples d’avoir malgré tout un enfant. C’est ce que l’on appelle la procréation médicale assistée (PMA), qui recoupe notamment la fécondation in vitro, l’insémination artificielle et la congélation d’ovaire ou d’embryons. Ce que l’on sait moins, c’est que l’infertilité d’un couple vient aussi souvent de l’homme que de la femme.

Un problème résolu une fois sur deux

Cette infertilité masculine, une étude française publiée récemment par la revue Human Reproduction s’y intéresse en détail. Plus de 1 100 couples ayant consulté au centre de stérilité masculine de Toulouse entre 2000 et 2004 ont été interrogés. Le résultat le plus marquant est que seuls 55 % d’entre eux sont devenus parents. Naturelle dans 16 % des cas, la grossesse a été rendue possible dans 32 % des cas grâce à une PMA et dans 8 % des cas grâce à une intervention chirurgicale ou à un traitement médical.

Horloge biologique : les hommes aussi

Autre enseignement de cette étude : à l’instar des femmes, les hommes voient leur fertilité, mais aussi l’efficacité des traitements contre l’infertilité, diminuer avec le temps. Là encore, l’âge de 35 ans marque une rupture. Ne pas tarder à consulter, c’est s’assurer de plus grandes chances de procréer. S’ils consultent avant cet âge, 64 % des patients finiront par avoir un enfant. Après, ils ne sont plus que 31 %…
Les difficultés de procréation sont de plus en plus courantes dans les pays industrialisés. En France, un couple sur sept consulte pour infertilité.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.