Tous en manque ?

, par  Isabelle Delaleu

Nous dormons de moins en moins : en cinq décennies, nous avons perdu une heure trente de sommeil. Selon une étude de l’institut de veille sanitaire (INVS), en effet, la durée moyenne de nos nuits est actuellement de 6 h 58 en semaine et de 7 h 50 le week-end… Un tiers des Français (33 %), et particulièrement les plus de 35 ans, dorment six heures ou moins en semaine. Une durée insuffisante pour beaucoup, puisque 55 % d’entre nous souhaiteraient plutôt dormir huit ou neuf heures. Au terme d’une année, c’est l’équivalent d’un mois et demi de sommeil accumulé qui finit par faire ainsi défaut ! Cette dette de sommeil chronique n’est malheureusement pas sans effet pervers : elle favorise la fatigue physique, intellectuelle et nerveuse (avec à la clé des difficultés de concentration ou de mémorisation et de l’irritabilité) et provoque une moindre résistance au stress, une augmentation du poids (en agissant sur certaines hormones clés), ainsi qu’une élévation du risque d’hypertension artérielle (HTA) – les personnes dormant cinq heures par nuit voient ainsi leur risque doubler.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)