Tous en manque ?

, par  Isabelle Delaleu

Nous dormons de moins en moins : en cinq décennies, nous avons perdu une heure trente de sommeil. Selon une étude de l’institut de veille sanitaire (INVS), en effet, la durée moyenne de nos nuits est actuellement de 6 h 58 en semaine et de 7 h 50 le week-end… Un tiers des Français (33 %), et particulièrement les plus de 35 ans, dorment six heures ou moins en semaine. Une durée insuffisante pour beaucoup, puisque 55 % d’entre nous souhaiteraient plutôt dormir huit ou neuf heures. Au terme d’une année, c’est l’équivalent d’un mois et demi de sommeil accumulé qui finit par faire ainsi défaut ! Cette dette de sommeil chronique n’est malheureusement pas sans effet pervers : elle favorise la fatigue physique, intellectuelle et nerveuse (avec à la clé des difficultés de concentration ou de mémorisation et de l’irritabilité) et provoque une moindre résistance au stress, une augmentation du poids (en agissant sur certaines hormones clés), ainsi qu’une élévation du risque d’hypertension artérielle (HTA) – les personnes dormant cinq heures par nuit voient ainsi leur risque doubler.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)