Tabac : les Français seraient prêts à plus de réglementation

, par  Pauline Maisterra

Mieux protéger les enfants du tabagisme dans les lieux publics, la plupart des Français sont pour. C’est ce qui ressort de l’enquête présentée lundi 26 mai par l’association Alliance contre le tabac, à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac qui aura lieu samedi 31 mai.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 6 millions de personnes meurent chaque année dans le monde à cause du tabac, et parmi elles 600 000 non-fumeurs. Dans le sondage réalisé par Ipsos pour l’association Alliance contre le tabac, 95 % des Français jugent « très souhaitable » ou « plutôt souhaitable » que « les personnes soient protégées de la fumée de cigarettes dans les voitures en présence d’enfants ». Un chiffre qui progresse : « On avait posé la même question en 2011, indique Clémence Cagnat-Lardeau, directrice d’Alliance contre le tabac, qui regroupe une trentaine d’associations, et à l’époque, c’était près de 80 % des personnes interrogées qui y étaient favorables. » Dans cette même enquête, 83 % des Français pensent qu’il faudrait interdire la cigarette « dans les parcs et jardins publics dédiés aux enfants » et 84 % aux « aux abords des établissements scolaires ». « On a l’impression qu’il y a une prise de conscience des Français depuis la loi de 2007 sur l’interdiction de fumer dans les lieux publics fermés », en déduit Clémence Cagnat-Lardeau.

Protéger les plus fragiles

Selon l’association, il faut prendre exemple sur d’autres pays et étendre les interdictions concernant le tabac. En Afrique du Sud, au Canada ou encore en Australie, la cigarette est interdite dans les véhicules à partir du moment où il y a un enfant à l’intérieur. La raison : le risque accru de tabagisme passif. « Vous savez qu’en fumant une cigarette au volant, même en ouvrant la fenêtre, c’est comme si votre enfant, derrière, en fumait une ? », lance le professeur Bertrand Dautzenberg, pneumologue et président de l’Office français de prévention du tabagisme, l’une des associations de l’Alliance contre le tabac. La conséquence : ces enfants sont plus souvent hospitalisés que les autres à cause de problèmes respiratoires, cardiaques et ORL*.

Tout mettre en œuvre pour réduire le nombre de fumeurs

Protéger les enfants et les jeunes du tabagisme n’est pas la seule priorité de l’alliance. Pour elle, il faut renforcer le contrôle afin de changer l’image du tabac et aider les fumeurs. Objectif : diminuer leur nombre d’un tiers d’ici dix ans – en France, ils seraient 16 millions, selon Tabac info service – et le réduire de 50 % chez les moins de 25 ans, qui, d’après le Comité national contre le tabagisme, seraient environ 40 % à fumer régulièrement. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, devrait présenter avant l’été son Plan national de réduction du tabagisme, très attendu. Pour le docteur Etienne André, secrétaire général de l’Office français de prévention du tabagisme, il faut augmenter le forfait de la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) accordé aux fumeurs désirant arrêter : « Aujourd’hui, 80 % d’entre eux tentent de stopper leur consommation, explique-t-il, et pour les aider, la CPAM leur rembourse à hauteur de 50 euros leurs médicaments, 150 euros pour les jeunes, et ça, ce n’est pas assez. » Certes, « on voit de moins en moins de personnes fumer dans des lieux clos depuis la première campagne de prévention contre le tabac, lancée par Simone Veil en 1975 », constate-t-il, mais, selon lui, il faut faire très attention à la e-cigarette, un substitut au tabac encore très mal connu. « Avec Internet, on peut en acheter et mettre n’importe quoi dedans », s’insurge-t-il, avant de conclure : « Il ne faut pas, en plus, recréer le conflit de l’époque qui opposaient les fumeurs et les non-fumeurs. »

* Judie Howrylak and coll., Hershey Children’s Pennsylvannie Pédiatrics, février 2014.

Sources
- « Tabac : les Français pour les interdictions », Lefigaro.fr, 26 mai 2015.
- « Tabac : les Français d’accord pour étendre les interdictions », Leparisien.fr, 26 mai 2014.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS