Système de soins : les Français satisfaits, mais inquiets pour l’avenir

, par  Delphine Delarue

Selon les résultats du baromètre Drees 2015, une grande majorité de Français apprécie la qualité des soins prodigués dans leur pays, même si certains regrettent des restes à charge parfois trop élevés. Ils demeurent en outre pessimistes pour leur avenir et celui de leurs proches.

Année après année, les Français semblent plutôt satisfaits de leur système de santé. C’est ce que rappelle le dernier baromètre de la Direction de la recherche, des études, des évaluations et des statistiques (Drees) publié sur la question*. Ainsi, plus de huit personnes interrogées sur dix se disent satisfaites « de la qualité des soins prodigués par les médecins généralistes (88 %), les infirmiers (85 %), les médecins spécialistes (82 %), ainsi que les dentistes et orthodontistes (81 %), indique l’étude. […] Plus de sept Français sur dix s’estiment en bonne santé en 2015, dont trois sur dix en très bonne santé ; ces proportions sont stables depuis 2007. » La grande majorité des sondés estime qu’« en cas de crise sanitaire majeure, on peut avoir confiance dans ce que disent les médecins ». Les urgences hospitalières sont en revanche jugées plus sévèrement, avec seulement 55 % d’opinions favorables. Les maternités, les autres services des hôpitaux publics et des cliniques sont mieux appréciés, avec « 65 à 73 % de satisfaction en 2015 ».

Dépassements d’honoraires

Cependant, pour les Français, la qualité des soins dispensés ne justifie pas le niveau des dépassements d’honoraires pratiqués par certains professionnels de santé. Six sur dix jugent trop élevées les dépenses de santé restant à leur charge. Une opinion qui se « révèle d’autant plus forte chez les sondés à la santé fragile ou sans complémentaire, ou encore disposant de faibles ressources », précise la Drees.
Autre enseignement : si la majorité des personnes interrogées est finalement plutôt satisfaite de sa situation personnelle (huit sur dix la jugent « très bonne » ou « plutôt bonne »), les Français sont nombreux à s’inquiéter pour l’avenir. « Plus de quatre sur dix estiment qu’il existe un risque de chômage pour eux-mêmes ou leurs proches dans les mois à venir, et 38 % pensent qu’ils risquent de basculer prochainement dans la pauvreté ou qu’ils sont déjà en situation de pauvreté », constate la Drees.

Sentiment de déclassement intergénérationnel

Enfin, « sept Français sur dix sont plutôt pessimistes sur l’avenir de leurs enfants ou des générations futures ». On note également un sentiment de déclassement intergénérationnel chez les sondés : ils sont nombreux à penser que leur situation est moins bonne que celle de leurs parents. Plus de neuf sondés sur dix estiment d’ailleurs que la pauvreté et l’exclusion « ont plutôt augmenté ces cinq dernières années ». Face à un tel phénomène, les Français en appellent aujourd’hui à une plus grande solidarité : « Ils sont nettement moins nombreux à souhaiter que les prestations sociales bénéficient aux seuls cotisants, ce qui marque une rupture avec la tendance des années précédentes », observe la Drees. Plus de huit Français sur dix souhaitent ainsi une hausse du salaire minimum, et entre 55 et 60 % désirent une augmentation du revenu de solidarité active (RSA).

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS