Si jeune et déjà « sous influence »

, par  Isabelle Delaleu

Le monde dans lequel vivent les enfants d’aujourd’hui est beaucoup plus stressant qu’il ne l’était il y a seulement trente ans : rythme de vie ultra-rempli (cours, cantine, activités extrascolaires, centre aéré…), situation familiale parfois complexe (maladie, divorce, mésentente…), changements d’habitudes (déménagement, arrivée d’un bébé, passage au collège…), exigences excessives des parents, école (notes, contrôles, remarques des professeurs…) et vie en groupe (moqueries, non-respect de la différence…), tentations permanentes du marketing, de la pub et de la société des loisirs, informations en boucle dans les médias (faits divers, pédophilie, racket…), images perturbantes (violence, pornographie…)… Tout cela peut être difficile à encaisser pour un petit bout de chou.

> Repérer les signes d’alerte
Des difficultés scolaires, des blocages, un comportement passif et replié sur soi ou au contraire une instabilité, une nervosité, une agressivité associée à de la violence sont des troubles à ne pas négliger. Des symptômes physiques comme le mal de ventre, le mal de tête, la « ?boule ? » dans l’estomac ou dans la gorge ou encore
les pleurs répétés sont également à surveiller. On doit enfin s’interroger quand l’enfant fait preuve d’une anxiété excessive, quand son comportement change, qu’il régresse ou n’évolue plus (sur le plan de la propreté, du langage, de la croissance, du sommeil…), mange beaucoup plus ou beaucoup moins…

> Comment réagir ?
Il faut repérer les situations stressantes et en parler avec l’enfant lors de vraies conversations privées, pour comprendre ce qu’il a dans la tête et lui montrer que l’on s’intéresse à lui, à ses problèmes et que l’on cherche une solution satisfaisante. Parler de soi quand on était enfant, raconter les difficultés que l’on a pu rencontrer est une bonne façon de dialoguer. L’important est de rester bienveillant, de le féliciter dès qu’il accomplit des progrès, même minimes.
Consulter un psy se révélera nécessaire si les symptômes persistent et deviennent difficiles à vivre ou si l’enfant développe des blocages (des phobies, par exemple).

Comment prévenir le stress de son enfant ?
On ne peut pas tout prévoir et tout contrôler, mais il faut rester particulièrement vigilant lors des périodes de bouleversements (changement d’école, déménagement, divorce…) et expliquer les choses en s’adaptant à ce que l’enfant peut comprendre. S’il est anxieux, mieux vaut également anticiper les situations nouvelles : visiter la future école ou le futur centre aéré, repérer les trajets qu’il devra faire. Enfin, il est important de ne pas le « sur-stimuler », de ne pas avoir d’attentes trop élevées ni d’exigences trop pressantes, mais plutôt de développer son autonomie et son sens des responsabilités. L’accompagner, l’aider à surmonter progressivement les obstacles, en respectant son rythme propre, demande de l’empathie et peut sembler difficile, mais chacun a tout à y gagner.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)