Si jeune et déjà « sous influence »

, par  Isabelle Delaleu

Le monde dans lequel vivent les enfants d’aujourd’hui est beaucoup plus stressant qu’il ne l’était il y a seulement trente ans : rythme de vie ultra-rempli (cours, cantine, activités extrascolaires, centre aéré…), situation familiale parfois complexe (maladie, divorce, mésentente…), changements d’habitudes (déménagement, arrivée d’un bébé, passage au collège…), exigences excessives des parents, école (notes, contrôles, remarques des professeurs…) et vie en groupe (moqueries, non-respect de la différence…), tentations permanentes du marketing, de la pub et de la société des loisirs, informations en boucle dans les médias (faits divers, pédophilie, racket…), images perturbantes (violence, pornographie…)… Tout cela peut être difficile à encaisser pour un petit bout de chou.

> Repérer les signes d’alerte
Des difficultés scolaires, des blocages, un comportement passif et replié sur soi ou au contraire une instabilité, une nervosité, une agressivité associée à de la violence sont des troubles à ne pas négliger. Des symptômes physiques comme le mal de ventre, le mal de tête, la « ?boule ? » dans l’estomac ou dans la gorge ou encore
les pleurs répétés sont également à surveiller. On doit enfin s’interroger quand l’enfant fait preuve d’une anxiété excessive, quand son comportement change, qu’il régresse ou n’évolue plus (sur le plan de la propreté, du langage, de la croissance, du sommeil…), mange beaucoup plus ou beaucoup moins…

> Comment réagir ?
Il faut repérer les situations stressantes et en parler avec l’enfant lors de vraies conversations privées, pour comprendre ce qu’il a dans la tête et lui montrer que l’on s’intéresse à lui, à ses problèmes et que l’on cherche une solution satisfaisante. Parler de soi quand on était enfant, raconter les difficultés que l’on a pu rencontrer est une bonne façon de dialoguer. L’important est de rester bienveillant, de le féliciter dès qu’il accomplit des progrès, même minimes.
Consulter un psy se révélera nécessaire si les symptômes persistent et deviennent difficiles à vivre ou si l’enfant développe des blocages (des phobies, par exemple).

Comment prévenir le stress de son enfant ?
On ne peut pas tout prévoir et tout contrôler, mais il faut rester particulièrement vigilant lors des périodes de bouleversements (changement d’école, déménagement, divorce…) et expliquer les choses en s’adaptant à ce que l’enfant peut comprendre. S’il est anxieux, mieux vaut également anticiper les situations nouvelles : visiter la future école ou le futur centre aéré, repérer les trajets qu’il devra faire. Enfin, il est important de ne pas le « sur-stimuler », de ne pas avoir d’attentes trop élevées ni d’exigences trop pressantes, mais plutôt de développer son autonomie et son sens des responsabilités. L’accompagner, l’aider à surmonter progressivement les obstacles, en respectant son rythme propre, demande de l’empathie et peut sembler difficile, mais chacun a tout à y gagner.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)