Santé visuelle et alimentation

, par  Patricia Riveccio

De nombreux travaux scientifiques le prouvent : la santé de nos yeux passe par le contenu de notre assiette.
- Les vitamines A, C et E : elles contribuent au bon fonctionnement de la rétine. La vitamine A (carotte, foie de veau…) permet à l’œil de s’adapter à l’obscurité. La vitamine C, contenue notamment dans les agrumes et la myrtille, protégerait la cornée et le cristallin de l’opacification à l’origine de la cataracte.
- Les acides gras et les oméga 3 : ils sont indispensables pour bénéficier d’une bonne hydratation de l’œil et éviter ainsi la sécheresse oculaire. Selon une étude australienne, les oméga 3 réduiraient de 38 % le risque de DMLA. On les trouve dans les poissons gras (hareng, saumon, sardine…), dans l’huile de colza et dans la mâche.
- La lutéine et la zéaxanthine : ces deux pigments caroténoïdes neutralisent les radicaux libres. Ils se trouvent dans les fruits et légumes de couleur jaune, orange ou verte (épinard et brocoli, en particulier).
Une complémentation, sous forme de cure, peut parfois se révéler utile (demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien). Certains compléments alimentaires contiennent non seulement ces vitamines et ces acides gras, mais aussi de la myrtille (issue de l’agriculture biologique pour certains produits), dont le pouvoir antioxydant et l’action bénéfique sur la vision sont légendaires.

Une bonne table pour de bons yeux
- Le menu de midi : fonds d’artichaut en salade (sauce : deux cuillères à soupe d’huile de noix ; une cuillère à soupe de vinaigre balsamique ; sel ; poivre) ; filets de saumon en papillote avec gratin d’épinards ; myrtilles.
- Le menu du soir : carottes râpées vinaigrette ; jambon blanc maigre et choux de Bruxelles en cocotte ; compote de pomme et rhubarbe.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)