Question de «  timing  »

, par  Isabelle Delaleu

Au moins un couple sur cinq n’arriverait pas à concevoir à cause d’un mauvais «  timing  » : rien d’étonnant quand on sait que, si les spermatozoïdes peuvent vivre jusqu’à quatre jours dans les voies génitales féminines, l’ovule, lui, n’est fécondable que pendant dix à douze heures. Chez certains couples, qui ne font l’amour qu’une ou deux fois par semaine ou encore qui ne se voient pas de la semaine (ou seulement une semaine sur deux), il est facile de «  rater le coche  » ! Pour ne rien arranger, de récentes études menées sur des femmes de tous âges ont montré que l’ovulation peut survenir à différents moments du cycle, et pas forcément autour du quatorzième jour. Pour mettre toutes les chances de son côté, les spécialistes recommandent de faire l’amour au minimum deux ou trois fois par semaine afin de ne pas manquer le moment clé de l’ovulation. On peut aussi cibler les jours les plus propices, grâce à des tests d’ovulation (en pharmacie), en augmentant la fréquence des rapports (au minimum tous les deux jours) du cinquième jour avant au deuxième jour suivant l’ovulation. Ces tests sont toutefois coûteux et nuisent parfois à la spontanéité sexuelle, donc au désir.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)