Question de «  timing  »

, par  Isabelle Delaleu

Au moins un couple sur cinq n’arriverait pas à concevoir à cause d’un mauvais «  timing  » : rien d’étonnant quand on sait que, si les spermatozoïdes peuvent vivre jusqu’à quatre jours dans les voies génitales féminines, l’ovule, lui, n’est fécondable que pendant dix à douze heures. Chez certains couples, qui ne font l’amour qu’une ou deux fois par semaine ou encore qui ne se voient pas de la semaine (ou seulement une semaine sur deux), il est facile de «  rater le coche  » ! Pour ne rien arranger, de récentes études menées sur des femmes de tous âges ont montré que l’ovulation peut survenir à différents moments du cycle, et pas forcément autour du quatorzième jour. Pour mettre toutes les chances de son côté, les spécialistes recommandent de faire l’amour au minimum deux ou trois fois par semaine afin de ne pas manquer le moment clé de l’ovulation. On peut aussi cibler les jours les plus propices, grâce à des tests d’ovulation (en pharmacie), en augmentant la fréquence des rapports (au minimum tous les deux jours) du cinquième jour avant au deuxième jour suivant l’ovulation. Ces tests sont toutefois coûteux et nuisent parfois à la spontanéité sexuelle, donc au désir.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)