Quels praticiens peut-on consulter ?

, par  Isabelle Delaleu

- Le médecin : tous les médecins peuvent prescrire des plantes, mais ils le font peu, par manque d’informations le plus souvent. Le médecin phytothérapeute a, quant à lui, obtenu un diplôme universitaire (DU) de phytothérapie, qui est une formation complémentaire et facultative. Les professions paramédicales (infirmière, sage-femme, etc.) peuvent également être formées aux plantes médicinales, mais ne peuvent pas poser de diagnostic (celui-ci étant réservé au médecin) et doivent légalement se contenter d’apporter des solutions aux problèmes dépistés.
- Le pharmacien : on compte en France seulement 200 à 300 pharmaciens passionnés, formés spécifiquement à la phytothérapie et qui utilisent encore les plantes « en vrac » pour composer des préparations magistrales. Beaucoup d’autres sous-traitent les préparations à base de plantes, pas seulement par manque d’intérêt, mais aussi pour des raisons de réglementation et de contraintes sanitaires.
- L’herboriste : le métier d’herboriste a été supprimé par Pétain en 1941 et il n’existe donc quasiment plus d’herboristeries en France. Celles qui survivent sont le plus souvent sous la responsabilité d’un pharmacien et vendent essentiellement des plantes en vrac, des teintures-mères et des compléments.
- Le naturopathe : comme son nom l’indique, il soigne de façon naturelle, principalement par les plantes.
Prudence toutefois : si cette profession se développe, elle n’est pas encadrée sur un plan juridique et l’on y trouve « un peu de tout ».

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)