Quels praticiens peut-on consulter ?

, par  Isabelle Delaleu

- Le médecin : tous les médecins peuvent prescrire des plantes, mais ils le font peu, par manque d’informations le plus souvent. Le médecin phytothérapeute a, quant à lui, obtenu un diplôme universitaire (DU) de phytothérapie, qui est une formation complémentaire et facultative. Les professions paramédicales (infirmière, sage-femme, etc.) peuvent également être formées aux plantes médicinales, mais ne peuvent pas poser de diagnostic (celui-ci étant réservé au médecin) et doivent légalement se contenter d’apporter des solutions aux problèmes dépistés.
- Le pharmacien : on compte en France seulement 200 à 300 pharmaciens passionnés, formés spécifiquement à la phytothérapie et qui utilisent encore les plantes « en vrac » pour composer des préparations magistrales. Beaucoup d’autres sous-traitent les préparations à base de plantes, pas seulement par manque d’intérêt, mais aussi pour des raisons de réglementation et de contraintes sanitaires.
- L’herboriste : le métier d’herboriste a été supprimé par Pétain en 1941 et il n’existe donc quasiment plus d’herboristeries en France. Celles qui survivent sont le plus souvent sous la responsabilité d’un pharmacien et vendent essentiellement des plantes en vrac, des teintures-mères et des compléments.
- Le naturopathe : comme son nom l’indique, il soigne de façon naturelle, principalement par les plantes.
Prudence toutefois : si cette profession se développe, elle n’est pas encadrée sur un plan juridique et l’on y trouve « un peu de tout ».

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)