Quand les antibiotiques rendent malade

, par  Mathilde Leroy

Selon un article paru dans la revue « Nature », une consommation excessive d’antibiotiques détruirait la flore intestinale et favoriserait le développement des allergies, du diabète et de l’obésité.

Le développement de la résistance bactérienne ne serait pas la seule conséquence d’une trop grande consommation d’antibiotiques. Selon un article paru dans la revue américaine Nature du 24 août et cité par Le Figaro du 30 août, cette surconsommation provoquerait aussi une modification durable, voire définitive de la flore intestinale. En passant dans notre tube digestif, notre estomac et nos intestins, les antibiotiques élimineraient non seulement les bactéries sources d’infections, mais aussi de nombreux germes bénéfiques.

Dix à vingt traitements antibiotiques avant 18 ans

Parmi ces germes, les Helicobacter pylori. Très présents dans l’estomac des humains au début du XXe siècle, on ne les retrouve aujourd’hui que chez 6 % des petits américains et européens. Or ils joueraient un rôle contre le développement des allergies, comme l’asthme ou le rhume des foins. Seulement, ce germe peut être totalement détruit à la suite d’une cure seule d’amoxicilline. Et actuellement, un enfant habitant dans un pays développé reçoit dix à vingt traitements antibiotiques avant ses 18 ans.
Des études auraient aussi montré que la modification de la flore intestinale par les antibiotiques pourrait être impliquée dans l’apparition de l’obésité, du diabète de type 1 ou des maladies intestinales inflammatoires.

Sources
- « Les enfants prennent trop d’antibiotiques », Sandrine Cabut, Le Figaro, 30 août 2011.
- « L’abus d’antibiotiques nous prive aussi des bonnes bactéries », P. Bernanose, Santelog.com, 31 août 2011 : http://www.santelog.com/modules/con....
- « Trop d’antibiotiques pendant l’enfance : danger plus tard », Lci.tf1.fr, 30 août 2011 : http://lci.tf1.fr/science/sante/pre....

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)