Quand les antibiotiques rendent malade

, par  Mathilde Leroy

Selon un article paru dans la revue « Nature », une consommation excessive d’antibiotiques détruirait la flore intestinale et favoriserait le développement des allergies, du diabète et de l’obésité.

Le développement de la résistance bactérienne ne serait pas la seule conséquence d’une trop grande consommation d’antibiotiques. Selon un article paru dans la revue américaine Nature du 24 août et cité par Le Figaro du 30 août, cette surconsommation provoquerait aussi une modification durable, voire définitive de la flore intestinale. En passant dans notre tube digestif, notre estomac et nos intestins, les antibiotiques élimineraient non seulement les bactéries sources d’infections, mais aussi de nombreux germes bénéfiques.

Dix à vingt traitements antibiotiques avant 18 ans

Parmi ces germes, les Helicobacter pylori. Très présents dans l’estomac des humains au début du XXe siècle, on ne les retrouve aujourd’hui que chez 6 % des petits américains et européens. Or ils joueraient un rôle contre le développement des allergies, comme l’asthme ou le rhume des foins. Seulement, ce germe peut être totalement détruit à la suite d’une cure seule d’amoxicilline. Et actuellement, un enfant habitant dans un pays développé reçoit dix à vingt traitements antibiotiques avant ses 18 ans.
Des études auraient aussi montré que la modification de la flore intestinale par les antibiotiques pourrait être impliquée dans l’apparition de l’obésité, du diabète de type 1 ou des maladies intestinales inflammatoires.

Sources
- « Les enfants prennent trop d’antibiotiques », Sandrine Cabut, Le Figaro, 30 août 2011.
- « L’abus d’antibiotiques nous prive aussi des bonnes bactéries », P. Bernanose, Santelog.com, 31 août 2011 : http://www.santelog.com/modules/con....
- « Trop d’antibiotiques pendant l’enfance : danger plus tard », Lci.tf1.fr, 30 août 2011 : http://lci.tf1.fr/science/sante/pre....

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS