Puis-je mettre mon enfant au régime ?

, par  Delphine Delarue

Tout d’abord est-il vraiment trop gros ? Pour le savoir, le pédiatre ou le médecin généraliste calculera son indice de masse corporelle (IMC) et son rapport taille-poids. Un nourrisson prend beaucoup de poids la première année, mais se stabilise après 1 an, quand il commence à marcher. La prise de poids reprend ensuite et s’accélère à partir de 6 ans. C’est ce que l’on appelle le rebond adipocytaire. S’il a lieu avant 6 ans, mieux vont consulter son pédiatre. « On ne met pas un enfant ni un adolescent au régime, précise le docteur Tingry, médecin généraliste. En pleine croissance, ils ont besoin de manger de tout. On le stabilise en le suivant régulièrement et en lui donnant des conseils diététiques. L’idée étant qu’il poursuive sa croissance sans trop prendre de poids. »

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)