Professions et substances psychoactives : quelles affinités ?

, par  Julien Jeffredo

Dis-moi quel est ton métier et je te dirai quelle drogue tu consommes… C’est en quelque sorte le résultat d’une étude de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) consacrée aux consommations de substances psychoactives en milieu professionnel.

L’alcool est de loin la substance psychoactive la plus populaire dans l’ensemble des professions, mais certains secteurs d’activité sont plus particulièrement touchés par une consommation dangereuse. D’après une étude menée en 2010 par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), plus de 16 % des agriculteurs et des pêcheurs en font un usage quotidien. Dans le bâtiment, ils sont environ 13 %, quand la moyenne des actifs est de 7,7 %. La consommation d’alcool ponctuelle et excessive touche également ces secteurs (près de 30 % des travailleurs), ainsi que ceux de l’industrie (26,2 %), de l’hébergement et de la restauration (26,9 %).
Drogue « fétiche » dans les arts et spectacles, le cannabis est utilisé de façon ponctuelle ou importante par près de 17 % de ceux qui y travaillent. Suivent l’hébergement et la restauration (12,9 %) et la construction (13 %).
Du côté des drogues dures, le milieu de la construction apparaît plus souvent expérimentateur de cocaïne et de champignons hallucinogènes, tandis que les milieux de la restauration, de l’information, de la communication et des arts et spectacles sont également amateurs d’ecstasy et de poppers.

Des différences en fonction du sexe

A l’inverse, certains secteurs semblent plutôt épargnés par la consommation de substances psychoactives. Parmi eux, l’administration publique, l’enseignement, le milieu de la santé et de l’action sociale et les activités de services des ménages.
Mais attention, derrière les usages d’un secteur se cachent parfois ceux d’un sexe. Ainsi, le secteur de la construction compte 90 % d’hommes et celui de la santé et de l’action sociale (peu consommateur de substances psychoactives) est composé à 83 % de femmes. Et dans d’autres activités, telles que l’agriculture, la pêche, la construction, l’hébergement et la restauration, la surconsommation ne concerne quasiment que les hommes.

Emploi, chômage et addiction

Plus d’un tiers des fumeurs réguliers, presque 10 % des buveurs d’alcool et 13,2 % des consommateurs de cannabis affirment que leur travail ou leur situation professionnelle est à l’origine de leur consommation. Autre facteur qui incite à l’utilisation de substance psychoactives : les collègues. Plus de 16 % des actifs occupés boivent de l’alcool sur leur lieu de travail (hors repas et « pots ») et 40 % d’entre eux le consomment à la sortie du travail, entre confrères.
Pour autant, l’activité professionnelle reste un rempart contre l’addiction. Le retour à l’emploi est ainsi souvent l’occasion de réduire ou d’abandonner sa consommation.

Source
- « Des substances psychoactives plus consommées dans certains secteurs de travail », www.inpes.sante.fr

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS