Prise en charge de l’autisme : la psychanalyse en disgrâce

, par  Julien Jeffredo

Après plusieurs décennies d’hégémonie dans le traitement de l’autisme en France, l’approche psychanalytique est désavouée par les autorités sanitaires. En cause, sa culpabilisation des parents, son manque de fondements scientifiques et son insuffisance en termes de résultats. Les thérapies alternatives, jusqu’ici ostracisées par la psychanalyse, pourraient en profiter.

« L’absence de données sur leur efficacité et la divergence des avis exprimés ne permettent pas de conclure à la pertinence des interventions fondées sur les approches psychanalytiques, ni sur la psychothérapie institutionnelle. » La phrase, extraite du rapport de la Haute Autorité de santé (HAS) à paraître le 6 mars (et dévoilé par Libération le 13 février), est un tournant dans l’histoire de la prise en charge de l’autisme. Le désaveu de la psychanalyse est clair. Elle appartient désormais à la classe des « interventions non recommandées ou non consensuelles ». Les autorités sanitaires françaises s’alignent ainsi sur les recommandations internationales.

Une approche archaïque ?

Il faut dire que la France est l’un des derniers bastions du traitement psychanalytique des troubles envahissants du comportement (TED), dont l’autisme fait partie. Pourtant, les griefs ne manquent pas du côté des familles de malades.
La faute des parents, ou, plus précisément, un problème relationnel entre l’enfant et sa mère : c’est, pour l’essentiel, l’explication de l’autisme privilégiée par les psychiatres-psychanalystes. A cette culpabilisation sans arguments scientifiques s’ajoute l’inefficacité du traitement. A commencer par le diagnostic, que les psychiatres sont parfois réticents à poser, préférant parler de trouble affectif, voire de psychose, plutôt que d’autisme. D’année en année, les neurosciences ont cependant invalidé les théories psychanalytiques et prouvé les origines biologiques de la maladie. De leur côté, les associations réclament le droit de choisir la façon d’éduquer les enfants autistes.

Les thérapies alternatives

La fin de l’hégémonie de la psychanalyse pourrait bien favoriser d’autres thérapies, qui jusqu’à présent étaient mal acceptées en France. Les méthodes dites « comportementales », ou « éducatives », sont en revanche très utilisées en Amérique du Nord et en Scandinavie.
Appelées ABA* ou encore Teacch**, elles visent à adapter l’enfant autiste à son environnement et s’attachent à l’acquisition d’un comportement adéquat, sans chercher à soigner la maladie. Les tenants de l’approche psychanalytique dénoncent un dressage de l’enfant. Mais ces techniques, éprouvées à l’étranger, ont de plus en plus les faveurs des parents. Le débat devrait être nourri par le lancement, cette année, d’un plan pour l’autisme, décrété « Grande cause nationale 2012 ».

* Applied behavioral analysis : analyse appliquée du comportement.
** Treatment and education of autistic and related communication handicapped children : traitement et scolarisation des enfants autistes ou atteints de troubles de la communication.

 

Source
- « Autisme : les psys réduits au silence », Libération, 13 février 2012.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS