Pour le bien-être des enfants hospitalisés

, par  Suzanne Kestenberg

Nombre de services pédiatriques sont organisés pour rendre la vie à l’hôpital aussi proche que possible de la vie normale d’un enfant. A l’Institut Curie, par exemple, les parents peuvent être présents au quotidien auprès de leur enfant malade, pour partager ses repas, l’aider dans sa toilette ou encore l’accompagner lors des soins. Pour les accueillir, une maison des parents, située à cinq minutes de l’hôpital, a été ouverte il y a plus de vingt ans. A l’institut, la scolarité est assurée par deux enseignants.
En outre, des activités ludiques (arts plastiques, poterie, ateliers d’écriture et de musique pour les ados, etc.) ont lieu chaque jour sous la responsabilité d’une éducatrice.
« Depuis janvier 2013, il existe également une structure adolescents-jeunes adultes », souligne le docteur Orbach, pédiatre. Cette salle est équipée de matériel informatique, de consoles de jeux, de livres, de revues et de jeux divers.
De nombreuses initiatives sont financées ou co-financées par l’Association des parents et amis d’enfants hospitalisés à l’Institut Curie (Apaesic). C’est par exemple le cas du passage dans les chambres de Blouses roses, toujours en binôme, apportant aux malades des petits cadeaux (fleurs et papillons en papier, BD, etc.) qui leur font oublier l’hôpital un moment.
Pour plus d’infos : Apaesic.org.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)