Pour le bien-être des enfants hospitalisés

, par  Suzanne Kestenberg

Nombre de services pédiatriques sont organisés pour rendre la vie à l’hôpital aussi proche que possible de la vie normale d’un enfant. A l’Institut Curie, par exemple, les parents peuvent être présents au quotidien auprès de leur enfant malade, pour partager ses repas, l’aider dans sa toilette ou encore l’accompagner lors des soins. Pour les accueillir, une maison des parents, située à cinq minutes de l’hôpital, a été ouverte il y a plus de vingt ans. A l’institut, la scolarité est assurée par deux enseignants.
En outre, des activités ludiques (arts plastiques, poterie, ateliers d’écriture et de musique pour les ados, etc.) ont lieu chaque jour sous la responsabilité d’une éducatrice.
« Depuis janvier 2013, il existe également une structure adolescents-jeunes adultes », souligne le docteur Orbach, pédiatre. Cette salle est équipée de matériel informatique, de consoles de jeux, de livres, de revues et de jeux divers.
De nombreuses initiatives sont financées ou co-financées par l’Association des parents et amis d’enfants hospitalisés à l’Institut Curie (Apaesic). C’est par exemple le cas du passage dans les chambres de Blouses roses, toujours en binôme, apportant aux malades des petits cadeaux (fleurs et papillons en papier, BD, etc.) qui leur font oublier l’hôpital un moment.
Pour plus d’infos : Apaesic.org.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)