PlacedelaSante.fr : mettre la santé au cœur des débats électoraux

, par  Delphine Delarue

La Mutualité française vient de lancer PlacedelaSante.fr, un site participatif destiné à décrypter les programmes des candidats à la présidentielle 2017 en matière de santé et de protection sociale. L’idée est aussi d’inviter les internautes à faire part de leurs préoccupations sur ces sujets, puis à interpeller ceux qui souhaitent accéder aux plus hautes fonctions de l’Etat.

Faire en sorte qu’à l’occasion de la présidentielle 2017 la santé et la protection sociale aient enfin la place qu’elles méritent au sein des débats électoraux : c’est l’objectif du site participatif PlacedelaSante.fr, lancé le 1er décembre par la Mutualité française, en partenariat avec le think tank Terra Nova, la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) et la Fondation Jean-Jaurès. « La santé est au cœur des préoccupations de nos concitoyens, a expliqué Thierry Beaudet, président de la Mutualité française, lors de la présentation du site à la presse. Un récent sondage* nous apprend d’ailleurs que les propositions des candidats [dans ce domaine] auront un impact sur leur vote. » Pourtant, jusqu’à présent, les interrogations des Français en la matière – par exemple au sujet du médecin de famille qui part à la retraite sans remplaçant, des déserts médicaux ou de la dépendance d’un parent âgé – ne sont pas réellement évoquées par ceux qui souhaitent accéder aux plus hautes fonctions de la République. « Or c’est justement lorsque les préoccupations des Français ne sont pas prises en compte […] que l’on assiste à la montée des mouvements contestataires, ajoute Thierry Beaudet. Avec PlacedelaSante.fr, nous voulons mettre ces enjeux au cœur des débats. C’est une démarche citoyenne : nous souhaitons contribuer à éclairer nos concitoyens sur ces sujets qui les concernent. »

Contenu pédagogique

Pour ce faire, le site propose aux internautes un contenu pédagogique qui leur permettra d’explorer les grandes questions de santé (l’accès aux soins, la télémédecine, le maintien de l’autonomie, la prévention, le financement de la protection sociale ou encore le rôle des complémentaires santé), de décrypter les propositions qui seront faites tout au long de la campagne présidentielle, puis d’interpeller les candidats. De leur côté, les think tanks partenaires apporteront, au fil des mois, leur analyse sur ces différents sujets.
Ouvert à tous et participatif, PlacedelaSante.fr invite également les citoyens à commenter les contenus et à poster leurs propres tribunes. Ces messages, qui permettront d’identifier leurs inquiétudes et leurs idées, seront directement portés à la connaissance des candidats ou de leurs représentants « à l’occasion d’un grand événement qui se tiendra courant février », a indiqué la Mutualité française. Enfin, le site a aussi vocation à évaluer l’action de celui qui aura remporté la présidentielle : après l’élection, une rubrique dédiée vérifiera la concordance entre les paroles du candidat élu et les actes de la nouvelle majorité en place.

Pas de prise de position

Avec PlacedelaSante.fr, la Mutualité se réclame d’une démarche « experte, ouverte et transpartisane ». « L’idée n’est pas de prendre position pour tel ou tel candidat, mais bien de contribuer à nourrir les débats et à éclairer les véritables choix de société qu’impliquent les propositions », a précisé Thierry Beaudet. Lors du lancement du site, le président de la Mutualité française a par exemple livré les premières analyses chiffrées des programmes des candidats déjà déclarés. On a ainsi appris que, si l’Assurance maladie se concentrait sur le remboursement des affections graves ou de longue durée, comme le propose François Fillon, cela permettrait de réaliser 20 milliards d’euros d’économies. En revanche, une telle mesure ferait peser sur les ménages ou leur complémentaire un coût supplémentaire moyen de 300 euros par personne et par an, soit 1 200 euros pour un couple ayant deux enfants. Autre exemple : si, comme le propose Jean-Luc Mélenchon, l’Assurance maladie devait rembourser 100 % des dépenses de santé, cela représenterait pour elle un surcoût de 42,4 milliards d’euros, ce qui représente en moyenne 638 euros par an et par personne, soit 2 553 euros pour une famille avec deux enfants. Des analyses pratiques et concrètes, donc, qui permettront aux citoyens d’y voir plus clair dans les programmes à la lumière des grands enjeux, plutôt complexes, de santé et de protection sociale.

* Baromètre santé 360, Odoxa, novembre 2016.
Pour en savoir plus : PlacedelaSante.fr.

Voir en ligne : http://www.mutualistes.com/placedel...

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS